« Augmenter le volume des ventes mondiales et regagner des parts de marché en Europe ». Le mot d’ordre de Renault pour 2013 vaut aussi pour 2014.

Dans une interview à lire dans Les Echos, le patron de l’alliance Renault-Nissan estime que le marché automobile mondial devrait progresser d’environ 3% l’année prochaine, tiré par toutes les zones sauf le Japon. Même l’Europe, où le groupe réalise la moitié de ses ventes, devrait « voir le bout du tunnel » après cinq années de baisse des immatriculations. « Le secteur va renouer avec la croissance, avec une progression des ventes de 0 à 1% selon nos estimations », précise M. Ghosn.

Depuis plusieurs années, le groupe cède du terrain sur son principal marché. Malgré le succès de la marque à bas coûts Dacia, ses ventes y ont plongé de 7,5% au premier semestre (dont une baisse de 12,5% pour la marque Renault). « Nos lancements de produits devraient nous permettre de gagner des parts de marché », assure cependant M. Ghosn. Après la Clio IV et le crossover Captur cette année, Renault lancera en 2014 la Clio 3 et des nouvelles versions de ses berlines Latitude et Fluence. Il espère ainsi gagner des parts de marché et « redevenir durablement la deuxième marque en Europe » derrière Volkswagen et devant Ford.

Quant aux surcapacités des usines européennes alors que le marché automobile est à son plus bas niveau depuis 15 ans, Carlos Ghosn se veut rassurant : « Le taux d’utilisation des usines sur le Vieux Continent devrait légèrement s’améliorer l’an prochain. Car une grande partie des constructeurs devront s’approvisionner à partir de leur base européenne plutôt que d’augmenter leurs capacités dans les pays émergents ».

Vers 13h15, le titre Renault gagne 1% à la Bourse de Paris, sur un CAC 40 en hausse de 1,3%. Depuis le début de l’année le titre affiche une progression de plus de 40%.