Les Français ont été patriotes le mois dernier en matière d’achat automobile. Renault et PSA ont vu leurs ventes progresser, respectivement de 3,8% et 4,5%, alors que le marché dans son ensemble a reculé de 4,4%, d’après des chiffres dévoilés lundi.

« Les groupes français s'en tirent bien. (...) Ce sont les groupes étrangers qui ne suivent pas tout à fait », a commenté Patrick Blain, le président du Comité des constructeurs français d’automobile (CCFA). Tous continuent cependant à souffrir d’un marché déprimé. « Le marché est toujours tout à fait morose. Il est à peu près collé depuis l'été à la courbe de 2012. (...) On nage au fond de la piscine depuis le mois de juin et on ne remonte pas (...). L'avantage, c'est qu'une fois au fond, on ne peut plus descendre », a analysé Patrick Blain.

Le CCFA table sur un meilleur mois de décembre, en raison notamment du durcissement du malus écologique prévu à compter du 1er janvier 2014. Mais sur l’ensemble de l’année, le marché automobile français devrait reculer de 6%, selon Patrick Blain. Les constructeurs français devraient se situer dans ces eaux basses.

Dans le détail, en novembre, PSA a immatriculé 41 000 voitures particulières, soit une hausse de 4,5% par rapport au même mois de l’année précédente. C’est surtout la marque Peugeot qui a tiré les ventes (+7,1%) devant Citroën (+1,5%). Renault – 31 400 immatriculations - a une fois de plus bénéficié du succès de sa marque à bas coûts Dacia (+18%) tandis que la marque au losange a marqué le pas (+0,4%). Parmi les groupes étrangers, Volkswagen a subi un recul de 9,5%, General Motors (Opel) de 21,3% et Ford de 24,6%. En revanche Toyota et Fiat s’en sont mieux sortis avec des immatriculations en hausse de 1,1% et 2,8%, respectivement.

Vers 11h30, le titre Renault cède 1,1% tandis que Peugeot gagne 0,3% sur un marché parisien en baisse de 0,4%.