Renault retrouve des couleurs en France. En décembre, les ventes du groupe ont bondi de 37,9% par rapport au même mois de 2012, sur un marché en hausse de 9,4%. Cette performance est en partie due à l’alourdissement au 1er janvier de la TVA et du malus automobile, qui a poussé certains consommateurs à anticiper leurs achats.

Mais Renault confirme ainsi sa bonne tenue sur un marché tricolore encore à la peine en 2013. Avec 1,79 million de nouvelles immatriculations, le marché des voitures particulières s’est replié de 5,7% par rapport à 2012 et reste à son plus bas niveau depuis 15 ans.

En 2014, on aura un marché stable  

Le premier constructeur français, PSA Peugeot Citroën, y a enregistré un repli de 7,7% à peu près équivalent à celui des marques étrangères prises dans leur ensemble. Renault, lui, a bénéficié du lancement de nouveaux modèles (Clio IV) et du succès de sa marque à bas coûts Dacia, qui lui ont permis de stabiliser ses ventes sur l’année (+0,8%). Sa part de marché est ainsi passée de 24,1% à 25,4%.

Cependant la performance de décembre n’augure pas d’un rebond durable, selon le directeur commercial France du groupe. « En 2014, on aura un marché stable », a estimé Bertrand Cambier ce matin sur BFM Business. De son côté, l’agence Fitch estime que le marché automobile européen touchera son point bas en 2014 et ne connaîtra de véritable reprise qu’en 2015. Plus que jamais, c’est en Amérique latine et dans les pays émergents que Renault et Peugeot vont devoir se battre.

Vers 11h25, les titres gagnent respectivement 0,2% et 1,4% sur un marché parisien en baisse de 0,9%.