Une telle compensation est anormalement importante pour un président de constructeur automobile outre-Atlantique. Elle est plus commune dans le secteur de la haute technologie et le secteur financier.

Alan Mulally serait détenteur de 6,2 millions d’actions de la société. Il devrait par ailleurs obtenir 1,8 million d’actions supplémentaires au cours des prochaines années. En outre, il aurait 17,7 millions options d’action lui permettant d’acheter davantage de parts de capital de la société.

Au total, Alan Mulally serait donc à la tête d’environ 25,7 millions de titres d’une valeur de 419 millions de dollars si l’on se base sur le cours de clôture de jeudi soir.

Cependant Alan Mulally devra dépenser plus de 130 millions de dollars pour exercer ses options. Ce qui donne un montant final de 289 millions de dollars.

Les titres possédés par Alan Mullaly sont plus importantes que celles du président de la compagnie, William Ford Jr, le petit fils du fondateur Henry Ford.

Durant ses années chez Ford, Alan Mullaly aurait reçu un salaire de base de 13,5 millions de dollars, auxquels il faut ajouter 30,8 millions de dollars de bonus. Plus de 68 millions de dollars d’actions revendus étofferait ce pécule.
Sans compter les indemnités de retraite.

Cette rémunération serait pour de multiples observateurs amplement méritée. Pour beaucoup, Alan Mulally a été en mesure d’éviter la faillite et le renflouement de Ford par l’Etat fédéral, contrairement à ce qui s’est passé pour General Motors et Chrysler.

Le cours de l’action est monté de 1,39 dollar en novembre 2008 à plus de 11 dollars aujourd’hui. Un pic à 16 dollars avait été touché entre temps.