Renault sur les talons de PSA en Chine ? Le groupe de Boulogne-Billancourt affiche de fortes ambitions sur ce marché où il n’est aujourd’hui présent que par l’intermédiaire de son partenaire Nissan. Le groupe au losange a lancé l’année dernière la construction de sa première usine à Wuhan, dans province de Hubei, et espère bien commercialiser ses premiers modèles en 2016. D’une capacité initiale de 200 000 véhicules, cette usine pourrait monter rapidement en charge.

« Renault a aujourd'hui une part de marché mondiale de 3%, et 6% là où il est présent, donc nous pouvons penser qu'en Chine nous aurons un minimum de 3% et très probablement 6% du marché », a déclaré le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, lundi à l’occasion de la présentation des résultats commerciaux du groupe pour l’année 2014. « Ça fait beaucoup de voitures, et cela veut dire que vous pouvez vous attendre à un plan d'investissement massif en Chine au cours des prochaines années. »

Arrivée tardive

Avec plus de 23 millions de nouvelles immatriculations en 2014 (+7%), la Chine est de loin le premier marché automobile mondial. Renault avait déjà indiqué qu’il y visait une part de marché de 3%, soit 500 000 véhicules. A titre de comparaison PSA, qui possède déjà trois usines dans le pays, y a vendu 734 000 véhicules l’année dernière et revendique une part de marché de 4,4%. Prié de dire si Renault pâtirait de son arrivée tardive sur ce marché, Carlos Ghosn a répondu que le moment du lancement importait peu si on arrive avec les produits adéquats. 

En attendant Renault doit faire sans la Chine et ses ventes s’en ressentent. Le groupe a publié lundi des résultats commerciaux en demi-teinte pour l’année 2014. Si les ventes en France et en Europe ont progressé de 12,5% l’année dernière grâce notamment au succès de la marque Dacia, les volumes dans le reste du monde se sont contractés de 5,9%. Le groupe a souffert en particulier de l’effondrement des marchés russe et argentin mais a résisté dans les autres pays émergents. Au global les ventes du groupe ont progressé de 3,2% après 3,1% en 2013. Mais la part des ventes réalisées hors d’Europe a baissé à 46% contre 50% un an plus tôt.