La course pour la place de deuxième constructeur européen se poursuit entre Renault et PSA. Ce dernier, plombé par la chute des ventes de DS, a encore cédé du terrain en mai. Sa part de marché est passée à 10,3% contre 11% un an plus tôt, tandis que Renault progressait de 9,3% à 9,6%.

Les ventes du groupe de Boulogne-Billancourt se portent bien depuis le début de l’année (+10,1%) sur un marché à différentes vitesses. En mai les nouvelles immatriculations ont baissé notamment en France (-3,5%) et en Allemagne (-6,7%) tandis qu'elles ont continué à augmenter en Espagne (+14%) en Italie (+10,8%) et au Royaume-Uni (+2,4%). La demande a également été soutenue par les nouveaux Etats membres, notamment la Pologne (+11%) et la République Tchèque (+17,6%), selon l'Association des constructeurs automobiles européens (ACEA). Le marché européen dans son ensemble a affiché une hausse de 1,3%, la plus faible depuis 21 mois.

Parmi les constructeurs généralistes, la meilleure performance du mois écoulé revient à Nissan (+14,4%) suivi de Fiat-Chrysler (+9,2%). En revanche le numéro un européen Volkswagen a vu ses ventes baisser de 2,3% tandis qu’Opel a reculé de 5,2%, plombé par sa marque Chevrolet (-87,4%) dont la commercialisation sur le vieux continent cessera début 2016.