Alors que la course à l’électrification est devenue l’un des principaux enjeux de l’industrie automobile, DBT, fabricant douaisien de bornes de recharge, frappe à la porte de la bourse. Ce pionnier de la mobilité électrique – il a installé ses premières bornes de recharge en 1993 à La Rochelle – revendique la place de numéro un européen en nombre de bornes de recharge rapides installées.
« Nous avons installé plus de 17000 points de charge dans une trentaine de pays, dont 1500 bornes QC (quick charger)», indique Hervé Borgoltz, le PDG fondateur. « Nous sommes véritablement le leader sur ce marché et voulons le rester. Notre objectif est de disposer d’un parc de 10 000 bornes de recharge rapide d’ici 2020. »

Même si les ventes de voitures électriques représentent moins de 1% du marché automobile mondial à l’heure actuelle, elles sont attendues en forte hausse dans les prochaines années. Le marché des bornes de recharge devrait quant à lui passer de 1,1 milliard de dollars en 2014 à près de 5 milliards en 2023. DBT vise essentiellement le marché des bornes de recharge rapide, estimé à 1 milliard en 2023. « C’est aussi le marché le plus rentable », souligne Hervé Borgoltz.

DBT a connu un développpement soutenu ces trois dernières années grâce à son partenariat avec Nissan. Le groupe japonais s’est en effet appuyé sur la PME française pour développer son réseau européen de bornes de recharge, imposant au passage la norme japonaise CHAdeMO sur un marché européen où coexistent déjà deux autres normes, la française (AC/ZE) et l’allemande (Combo). « Nous avons eu la réactivité nécessaire pour signer ce contrat qui a été pour Nissan une stratégie gagnante et qui nous a permis de développer des bornes compatibles avec toutes les marques de véhicules électriques », explique le PDG.

Un enjeu de taille

Grâce ce partenariat DBT a pu développer un réseau auprès d’autres clients privés, notamment des enseignes de la grande distribution (Auchan, E.Leclerc, Ikea…), des chaînes de restauration (Mc Donalds) ou de stations services (Total, BP,…) qui se sont tous équipés de points de recharge pour leurs propres clients. Une petite partie de l’activité se fait également auprès des collectivités (mairies, ports) auxquelles la société vend des bornes de raccordement électrique et des bornes de contrôle d’accès. Sur l’exercice 2014/2015 la société a réalisé un chiffre d’affaires de 17,2 millions d’euros dont 13 millions sur le marché des bornes de recharge pour véhicules électriques. Elle est à l’équilibre opérationnel malgré des dépenses de recherche-développement (1,7 million) et un besoin en fonds de roulement (30% du CA) importants.

L’enjeu de l’introduction en bourse est de permettre une accélération des installations de nouvelles bornes, essentiellement en Europe où le groupe espère rester le leader sur un marché convoité notamment par de grands groupes notamment le suisse ABB et l'allemand Siemens. La levée de fonds, estimée autour de 10 millions d’euros, servira pour environ 40% à la poursuite de l’industrialisation et aux efforts de R&D, pour 40% au renforcement des équipes commerciales et de gestion des réseaux de distribution et de maintenance, et pour 20% au financement du besoin en fonds de roulement lié à la forte croissance attendue (notamment les stocks de composants indispensables pour répondre aux commandes dans les meilleurs délais). Les actionnaires historiques- la société du fondateur et les fonds Turenne et Nord Capital- souscriront pour un total de 2,5 millions d’euros à l’augmentation de capital, sans céder de titres existants. Le flottant à l’issue de l’opération est estimé à 21%.

Pour plus d’informations sur cette introduction en bourse, rdv sur le site dédié.