PSA a levé le pied en 2015. Les ventes mondiales du groupe ont augmenté de 1,2%, à 2,97 millions d'unités, après un rebond de 4,3% en 2014. Le titre est nénamoins en forte hausse mardi à la mi-journée, et s’adjuge 5,5%.

La croissance a été freinée notamment par la Chine où le groupe fait état d’une baisse de 0,4% de ses ventes après plusieurs années exceptionnelles (+ 31,9% en 2014). La Chine est devenue en 2014 le premier marché mondial de PSA. Le groupe y fonde beaucoup d’espoirs notamment pour sa marque premium DS qui y réalise 21% de ses ventes. Or, en 2015, les ventes de DS en Chine et dans les pays voisins ont chuté de 20% contre un repli de 6% pour Citroën et une hausse de 4,7% pour Peugeot. « Dans un marché Chinois en croissance modérée sur l’année pour les marques internationales, le groupe voit ses ventes rebondir au 4ème trimestre (+ 8,9 % par rapport à 2014), et reste concentré sur sa rentabilité », nuance le groupe dans un communiqué.

En revanche, PSA peut se féliciter d’avoir conforté sa place de deuxième constructeur européen derrière Volkswagen, sur un marché en net rebond. Les ventes du groupe y ont progressé de 5,9 % à 1,8 millions d’unités, enregistrant « une accélération au 4ème trimestre ». Le bilan est également positif au Moyen-Orient et en Afrique, alors que les volumes continuent à chuter en Amérique latine.

Malgré cette performance en demi-teinte, PSA peut aborder l’année 2016 avec un certain optimisme. La reprise du marché européen semble se poursuivre, comme l’atteste l’accélération des ventes du groupe au quatrième trimestre, quant au marché chinois il reprend peu à peu des couleurs. Les ventes de voitures devraient progresser de 6% cette année contre une hausse de 4,7% en 2015, a indiqué mardi la fédération chinoise des constructeurs automobiles. Reste à savoir si a situation financière de PSA lui permettra de poursuivre sa stratégie de conquête. Les résultats annuels sont attendus le 24 février.