Le secteur automobile constituait il y a un an, la plus forte pondération des fonds de Sycomore AM. L’exposition a énormément baissé à l’issue du deuxième trimestre 2015, essentiellement pour des raisons de valorisation. « A l’issue des performances spectaculaires enregistrées au cours de la première partie d’année, +50% en moyenne, nos objectifs de cours ayant été atteints, nous avons fait le choix d’opérer des prises de profits. Ce d’autant plus que l’environnement affichait de réels signes de dégradation avec le fort ralentissement de la Chine, un énorme facteur de profit pour le secteur automobile au niveau mondial » informe Emeric Préaubert.

La maison a décidé de revendre les trois quarts de ses positions dans le secteur. Parmi les valeurs totalement retirées, figure Renault. « Lorsque le scandale Volkswagen a éclaté, la valeur constituait 1% de notre portefeuille en particulier parce que le titre avait grimpé de 60% au cours de la première partie de l’année. Nous n’avons pas hésité à liquider notre position résiduelle ».

Présentement, le temps n’est pas encore venu à un retour marqué sur les constructeurs automobiles considère Emeric Préaubert. « Nous ne nous sentons pas encore suffisamment à l’aise. Nous voulons plus de décote avant de nous réexposer ».

En revanche, la vision se veut plus constructive s’agissant des équipementiers automobiles. « Ces derniers auront toujours des clients pour qui travailler. De plus, ils sont portés par de réels facteurs de croissance à l’instar de la multiplication des normes portant sur la dépollution, l’allégement des matériaux…qui ne sont pas uniquement des effets de mode mais qui ont vocation à perdurer ».
Ainsi, parmi les convictions actuelles du gérant ont été mentionnées Faurecia et Plastic Omnium.