Le rythme de croissance du marché automobile européen s'est fortement accéléré en février à 14,3%, conséquence de la grande forme de l'Italie et d'un jour ouvrable supplémentaire, selon les chiffres publiés mercredi par l'Association des constructeurs automobiles européens (ACEA).

Alors que 1,05 million de voitures particulières neuves ont été mises sur les routes de l'UE le mois dernier, PSA Peugeot Citroën a suivi la tendance (+13,2%), faisant mieux que son rival français Renault (+10,1%) et que le groupe Volkswagen, toujours aux prises avec le scandale des moteurs truqués (+8%). Les deux marques principalement touchées par ce scandale affichent en effet une nette contreperformance: les ventes de VW n'ont crû que de 4,4% tandis que celles de Seat ont chuté de 4,3%.

S'il reste de loin le premier groupe automobile européen avec plus de 250 000 véhicules écoulés le mois dernier, Volkswagen voit sa part de marché reculer, à 23,9% contre 25,3% en février 2015. Le numéro deux, PSA, affiche une part de marché stable sur un an (11,3%) alors que sur la troisième marche du podium Renault cède lui aussi du terrain (9,9% contre 10,3% en février 2015).
Or, derrière, la course s'accélère. La plus forte progression revient au groupe Fiat-Chrysler dont les ventes mensuelles ont bondi de 22,9% à presque 80.000 unités, grâce au rebond du marché italien. Du coup sa part de marché fait elle aussi un bond, de 7% il y a un an à 7,6%. Il est talonné par Ford (71.500 immatriculations le mois dernier, +19%) et Opel (70 000, +18,1%).