PSA et son partenaire chinois DongFeng Motors ont inauguré mercredi leur quatrième usine en Chine, à Chengdu, la capitale de la province du Sichuan. Cette usine d'une capacité de 300 000 véhicules sera dédiée à la production de SUV -ces voitures de ville aux allures de 4x4- sous les marques Dongfeng Peugeot, Dongfeng Citroën, et Dongfeng Fengshen.

Elle doit permettre aux deux constructeurs d'atteindre leur objectif d'1 million de véhicules vendus en 2018 en Chine et Asie du Sud-Est, mais surtout à PSA d'enrayer la chute de ses ventes dans l'Empire du Milieu. Au premier semestre celles-ci ont plongé de 20% sur un marché en hausse de 10%, une contre-performance que le groupe explique par une guerre des prix entre constructeurs chinois et par son absence du segment des SUV. Ce dernier a progressé de 44% au premier semestre et représente à lui seul 38% du marché automobile chinois. "Avec cette nouvelle usine, nous allons enrichir notre offre de véhicules sur le marché porteur des SUV et répondre aux attentes de nos clients chinois. C’est une étape importante dans le déploiement de notre Plan Push to Pass", a commenté Carlos Tavares, le patron de PSA. La production débutera avec le Peugeot 4008, révélé en septembre au salon automobile de Chengdu et dont le lancement commercial est prévu en novembre.

En dépit des difficultés actuelles, il n'est pas question pour le groupe tricolore de tourner le dos au premier marché automobile mondial. "Le marché automobile chinois présente un potentiel inédit avec un taux d’équipement de 75 véhicules pour 1000 habitants. Venant de détrôner les Etats-Unis, la classe moyenne chinoise est désormais la première du monde, avec 110 millions de personnes, et pourrait doubler d’ici moins de 10 ans pour représenter 220 millions de chinois", rappelle PSA.

Carlos Tavares a cependant reconnu devoir faire des "réajustements" avec son partenaire Dongfeng afin de retrouver son rang (sa part de marché est passée de 4,1% il y a un an à 2,9% aujourd'hui). Mais cela pourrait prendre du temps compte tenu de l'offre pléthorique de nouveaux véhicules. En attendant PSA cherche à améliorer la rentabilité de ses sites chinois avec un objectif de 30% de gains de productivité d'ici 2020. Il a annoncé mercredi le déménagement de son siège pour la Chine et l'Asie du sud-est de Shanghai à Wuhan, dans le centre du pays, où il dispose déjà de trois usines.