Espace Automobile - News, articles, interviews et dossiers

Soyez prêts pour le Mondial de l'automobile de Paris

Soyez prêts pour le Mondial de l'automobile de Paris

(Easybourse.com) Demain doit s'ouvrir le Mondial de l'automobile de Paris à la presse (samedi pour le public). Dans un contexte de morosité, les constructeurs européens doivent affronter de nouveaux défis. Easybourse se mobilise pour vous faire vivre les nouveautés et les exclusivités de cet évènement qui promet beaucoup de surprises.

Interview de Flavien Neuvy

Interview

Flavien Neuvy

Responsable de L'Observatoire Cetelem

Observatoire Cetelem

Interview de Flavien Neuvy

Interview

Flavien Neuvy

Responsable de L'Observatoire Cetelem

Observatoire Cetelem

Le Mondial de l'automobile s'ouvre demain. Comme le veut la tradition, les constructeurs nous réservent des surprises mais aussi des beaux discours. Comme tous les deux ans, les nouveaux modèles pourront être testés par les visiteurs, ou décortiqués par la presse spécialisée. Des « concepts car » seront également dévoilés au public. Farfelus ou futuristes, gadgets ou révolutionnaires, leurs caractéristiques seront soumises au regard inquisiteur du public. Véhicules électriques, moteurs hybrides, voitures low-cost, haut-de-gamme… Derrière cette constance, la planète automobile vit en réalité une véritable métamorphose auxquelles les constructeurs tentent de s'adapter. La course aux innovations est essentielle, peut être même vitale pour eux.

Les stratégies industrielles en question

Ainsi, cette édition sera l'occasion pour eux de faire le point sur l'évolution de leur stratégie industrielle. D'un côté, Peugeot mise de plus en plus sur les moteurs hybrides, notamment les hybrides diesels. De l'autre côté, Renault continue à développer son programme de véhicules électriques, segment dans lequel il souhaite être la tête de proue mondiale à horizon 2020. Les patrons reviendront également sur leurs grandes décisions industrielles. Renault a, par exemple, signé une alliance capitalistique avec Daimler. De son côté, Peugeot-Citroën doit étayer sa stratégie de partenariats avec Mitsubishi et BMW. D'ailleurs, Philippe Varin, son PDG, doit annoncer un nouveau volet avec ce dernier, notamment dans la fourniture de matériaux en carbone.

Mais les Français ne seront pas les seuls. Les Allemands attendent beaucoup de ce salon. BMW est en position défensive face au succès des Audi qui lui grignotent des parts de marchés sur le segment haut-de-gamme où il est leader mondial. De son côté, Volkswagen pourrait donner des indications sur ses nouveaux projets de développement. Le groupe allemand a montré des signes d'intérêt pour Alfa Roméo. Le groupe Fiat, en délicatesse avec le consommateur (ses ventes ont baissé d'un tiers cet été), n'a toutefois pas l'intention de céder sa marque sportive dont le succès de la Mito ne se dément pas. Enfin, les observateurs surveilleront les projets de Volkswagen pour Seat. D'après certains, la marque espagnole aurait un sursis de 5 ans par sa maison-mère pour cause de résultats insuffisants, voire de cannibalisme avec Skoda, l'autre marque accessible du groupe allemand. Enfin, il y a les rescapés. Saab présentera probablement ses nouvelles idées pour revenir sur le devant de la scène alors que ses ventes sont devenues presque confidentielles en Europe. Il y a encore quelques mois, la marque suédoise était donnée pour morte par sa maison-mère, General Motors. Opel, Volvo ont également été très ébranlés par la crise économique. Leur sort n'a été scellé que dans la douleur. Opel est finalement resté dans le giron de General Motors, et Volvo a été cédé à un groupe chinois.

En attendant la Chine...

Voilà les grands absents du Mondial. Les groupes chinois ne seront pas représentés alors qu'ils affichent des ambitions planétaires. En rachetant des marques aussi prestigieuses que Volvo, ils s'assurent des transferts de technologie leur permettant d'économiser des décennies de R&D. Geely s'assure ainsi une internationalisation grâce à cette acquisition tout en redonnant un nouveau souffle à la marque suédoise. Chery et d'autres se préparent également à se lancer sur le marché européen. Trente ans après la déferlante des constructeurs japonais, c'est une nouvelle configuration économique qui attend le marché européen et cette fois, il y aura de nouveaux morts. Que les marques européennes se rassurent, tant que ces constructeurs ne seront pas présents au Mondial, c'est que la menace n'est pas pour tout de suite.

Enfin, ce Mondial n'échappera pas à la question fatidique sur la sortie de crise du marché automobile. Les uns tablent sur une baisse de 9% du marché européen cette année, et n'entrevoient pas de rebond en 2011. Les constructeurs les plus internationalisés vont profiter du boom des Emergents, d'autres vont probablement beaucoup souffrir. Derrière l'ambiance festive et les beaux discours, les 332 marques présentes, constructeurs ou équipementiers, auront du mal à dissimuler leur fébrilité.


Le Mondial de l'automobile en détail:

Les nouveaux modèles du Mondial passés au peigne fin

Renault s'égare-t-il dans le haut-de-gamme?

PSA à un tournant de sa stratégie de montée en gamme

Nabil Bourassi

Publié le 07 Octobre 2010