Lafarge et Holcim sont en discussions « avancées » en vue d’un rapprochement. Une telle fusion créerait un nouveau géant du ciment employant environ 130 000 personnes dans le monde et réalisant plus de 30 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Les deux groupes sont très proches en termes de chiffre d’affaires, d’employés et de bénéfices, et se disputent aujourd'hui la place de numéro un mondial. « Les discussions sont fondées sur les principes d'une fusion entre égaux », indique Lafarge dans son commmuniqué. « Lafarge et Holcim estiment que, compte tenu de la forte complémentarité de leur portefeuille et de la proximité culturelle entre les deux sociétés, il existe une logique à examiner un tel rapprochement, dont la réalisation se traduirait par des effets positifs tant pour les clients et les salariés que pour les actionnaires des deux groupes ». Toutefois aucun accord n’a encore été conclu et il n’existe aucune certitude que ces discussions mèneront à un accord définitif, précise le groupe.

La fusion pourrait poser un problème au regard des règles de la concurrence, notamment en Europe, même si les deux groupes pourraient en profiter pour accélérer leur restructuration sur le Vieux continent. 

Le titre Lafarge s’est envolé de près de 9% vendredi suite à cette annonce.