A première vue les résultats de Bouygues au premier semestre ne sont pas brillants. Le groupe, toujours plombé par sa filiale télécom, accuse une perte de 42 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 15,1 milliards, en baisse de 1%. « L’environnement reste difficile en France, que ce soit dans le BTP ou de façon plus marquée dans la Route », explique le conglomérat qui enregistre une baisse de 5% de son chiffre d’affaires dans l’Hexagone. Celle-ci « « est compensée par la croissance de 9% du chiffre d’affaires à l’international, bénéficiant d’un impact de change favorable », précise-t-il.

Le résultat opérationnel courant ressort à 119 millions d’euros et s’améliore de 40 millions d’euros par rapport au premier semestre 2014 grâce à TF1 et Bouygues Telecom. Ce dernier, toujours dans le rouge (66 millions d’euros de perte nette), a néanmoins réussi à stabiliser son chiffre d’affaires au deuxième trimestre et affiche une marge Ebitda en hausse de 1,5 point à 17,1%. Le plan de transformation mis en place l’année dernière – qui comporte d’importantes réductions d'effectifs et une simplification radicale des offres – « porte ses fruits » et « l’objectif de 300 millions d’euros d’économies en 2016, par rapport à fin 2013, sera largement dépassé », ajoute le groupe.

De fait Bouygues Telecom a relevé son objectif d’Ebitda pour 2015 à 750 millions d'euros contre environ 700 millions visés précédemment. Bouygues a par ailleurs confirmé les perspectives de ses activités BTP et télévision, dont les marges sont attendues respectivement stables et en amélioration. « Le retour à la croissance du Groupe en 2016 demeure la priorité», ajoute-t-il. Il n’en fallait pas plus pour satisfaire les analystes qui s’attendaient à une contraction plus importante du chiffre d’affaires au premier semestre ainsi qu’à une perte nette de 92 millions.

Vers 11h l’action Bouygues caracole en tête du CAC 40, affichant un gain de 5,6% sur un marché en net rebond (+3%).