Espace BTP - News, articles, interviews et dossiers

Le BTP à la recherche de la croissance perdue

Le BTP à la recherche de la croissance perdue

(Easybourse.com) Alors que l'activité dans l'industrie et les services ralentit dangereusement, la construction résiste. Bouyges, Eiffage et Vinci ont publié des résultats en hausse au troisième trimestre et affichent des carnets de commandes plutôt flatteurs. Mais les niveaux d'activités sont encore loin de ceux d'avant-crise.

Quand le bâtiment va, tout va…En vertu de cet adage, les résultats des champions français du BTP au troisième trimestre devraient redonner le sourire à nos dirigeants. En effet, Bouygues Construction a publié la semaine dernière un chiffre d’affaires sur neuf mois de 7,1 milliards d’euros, en hausse de 4% par rapport à la même période de 2010 (+3% en France et +6% à l’international). Par la même occasion, le groupe a relevé son objectif de chiffre d’affaires pour l’ensemble de 2011. «Avec un carnet de commandes de 15,3 milliards d’euros (+7% par rapport à fin septembre 2010), Bouygues Construction bénéficie d’une bonne visibilité sur son activité future», a-t-il commenté.

Le numéro un mondial Vinci bénéficie lui aussi d’un regain d’activité: sur neuf mois, ses ventes ont progressé de 6% et son carnet de commandes de 16%, à 30 milliards d’euros. Cela représente environ une année d’activité du groupe. Quant à Eiffage, son carnet de commandes au 1er octobre atteignait un niveau record de 13,7 milliards, en hausse de 37% sur un an.

Pas de rebond en 2012

Comment expliquer alors la sous-performance boursière du secteur depuis le début de l’année (-28% contre -20% pour l’indice SBF 120) ? Parce que contrairement aux apparences, le BTP est encore convalescent. «Les niveaux d’activité sont loin de ceux d’avant-crise», souligne KPMG. Après un repli de 15% depuis le pic de 2007, le marché européen de la construction devrait encore se contracter de 0,6% en 2011, selon le centre de recherches spécialisé Euroconstruct.

Un contexte d'austérité budgétaire et de prudence des clients privé


Alors qu’il tablait initialement sur un rebond en 2012, ce dernier estime désormais que le marché devrait se stabiliser (-0,3%) l’année prochaine avant un rebond…en 2013. Dans le détail, le marché résidentiel (45% du marché) continue d’afficher les taux de croissance les plus élevés (+1,4% prévus en 2011), surtout grâce au neuf. Le non-résidentiel (32% du marché) ne devrait toucher le fond qu’en 2012 avant de rebondir en 2013. Quant aux travaux publics (23% du marché), ce segment devrait encore reculer de 3,3% en 2011 et ne se stabiliserait qu’en 2013.

Les valeurs à suivre


«Cette révision n’est pas surprenante dans le contexte actuel d’austérité budgétaire et de prudence des clients privés, dans une situation d’attentisme depuis l’été dernier », souligne Natixis. En France notamment, le plan de rigueur dévoilé ce mois par François Fillon (relèvement de 5,5% à 7% du taux de TVA sur la rénovation des logements et suppression à compter de 2013 du dispositif Scellier) risquent de pénaliser l’activité du secteur. «Si l’impact fondamental reste limité sur les valeurs, c’est en termes de sentiment que celles-ci devraient être le plus touchées», note Natixis.

Certaines valeurs devraient cependant résister mieux que d’autres. «Nous continuons à privilégier Vinci (Acheter, objectif 51 €), qui offre la meilleure visibilité, tant pour l’activité que pour les marges, et une valorisation intéressante», indique la filiale de BPCE. Même opinion chez Deutsche Bank où Vinci apparaît parmi les valeurs préférées, avec l’espagnol Ferrovial, spécialiste des infrastructures de transport. Dans les Matériaux de Construction, les deux bureaux d’études conseillent d’acheter les cimentiers Lafarge et HeidelbergCement en dépit d’une plus faible visibilité sur l’évolution de l’activité en 2012. Quant à Saint-Gobain, il affiche une décote «injustifiée» au regard de sa capacité à imposer ses prix aux marché, selon Deutsche Bank.

La banque souligne toutefois les risques liés au caractère cyclique du secteur, dont la volatilité risque de perdurer.

François Schott

Publié le 21 Novembre 2011