Espace BTP - News, articles, interviews et dossiers

Saint-Gobain: 'mériterait un meilleur sort' selon Barclays

Publié le 12 Mars 2019

Copyright © 2019 CercleFinance

-

(CercleFinance.com) - L'action Saint-Gobain est soutenue par une note de recherche favorable de la part du bureau d'études Barclays, qui utilise un argument rare dans le contexte de marché actuel, qui reste bien orienté. Pour les analystes, les investisseurs ont capitulé sur ce dossier qui mériterait un meilleur sort.

La capitulation ? Ce terme que l'on associe plus volontiers à la reddition sans condition d'une puissance défaite par une autre au terme d'un conflit armé s'applique également à la Bourse. Schématiquement, en finance, ce terme désigne un mouvement de baisse dans de forts volumes d'un ou plusieurs titres, alors même que ceux-ci ont déjà beaucoup baissé et/ou que les vendeurs sont en situation de moins-value.

Bref, cette situation ou tout espoir de hausse s'est évanoui coïncide généralement avec un niveau plancher.Quid de Saint-Gobain ? Il faut bien reconnaître que le parcours du titre a été décevant : il perd plus de 30% sur un an alors que le CAC 40 reste quasi-stable parallèlement. Et aussi près du quart de sa valeur sur cinq ans, sous-performant ainsi le CAC 40 de... plus de 45 points de pourcentage. Risquons un retour en arrière.

Au pire de la dernière crise, fin février et début mars 2009, l'action 'SGO' était tombée pendant quelques semaines sous la barre des 20 euros. Soit, mais elle avait renoué avec les 30 euros dans le courant de l'été suivant. En ensuite ? Le titre grimpera une première fois dans la zone des 46 euros au printemps 2011, mais le mouvement ne tient pas et les 30 euros sont de retour dès 2012. La seconde vague de reprise est plus forte : les 50 euros sont débordés en 2017, mais les 30 euros sont de nouveau 'cassés' fin 2018.

Dans ces conditions, difficile de donner tort à Barclays lorsqu'il parle de capitulation. Le bureau d'études relève aussi que les prévisions relatives à Saint-Gobain sont beaucoup moins favorables que celles du secteur, 'tant en ce qui concerne les prévisions bénéficiaires que les multiples de capitalisation'. 'Nous pensons que les investisseurs ont abandonné Saint-Gobain après deux années de performances décevantes largement imputables à des incidents sur laquelle la direction n'avait aucune prise', argumente une note, à savoir : le ralentissement conjoncturel en Europe, celui de l'automobile et du marché français de la construction résidentielle.

A tel point que le consensus bénéficiaire n'attend plus aucune amélioration du résultat opérationnel en données comparables, une rareté dans le secteur. Le PER 2019 du titre, soit 9,2 fois, tombe à 8,4 fois sans tenir compte de la participation dans Sika, calculent les spécialistes. 'Une récession du type de celle de 2009 impliquant une baisse du bénéfice par action de l'ordre de 35% serait nécessaire pour justifier la valorisation actuelle', ajoute Barclays.Or Saint-Gobain ne manque pas d'atouts : d'abord, les marchés émergents, où la croissance reste élevée, concentrent un tiers des profits ; ensuite, la base de comparaison devient plus favorable et enfin le rapport prix / coûts s'améliore.

En outre, la direction a décidé l'an dernier d'une réorientation stratégique passant par des cessions de taille et des économies en vue d'améliorer la rentabilité à horizon 2021. Si les réductions de coûts pourraient se matérialiser lentement, les ventes, elles, sont déjà bien avancées et pourraient servir de catalyseurs au titre, estime Barclays, qui est passé à l'achat sur le dossier Saint-Gobain en visant 40 euros.A suivre sur l'agenda du groupe : le CA du 1er trimestre sera dévoilé le 25 avril. EGCopyright (c) 2019 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

CercleFinance

OK, tout accepter
Fermer