Le sixième groupe publicitaire mondial Havas a annoncé qu'il a l'intention de reprendre sa stratégie d'acquisitions, dans un contexte de retour de la croissance sur le marché publicitaire. 'Nous avons décidé de reprendre la croissance externe', a indiqué Vincent Bolloré, président du groupe.

Dans cette perspective de croissance externe, le groupe publicitaire dispose d'une réserve de 700 à 750 millions d'euros pour investir dans de nouvelles acquisitions. Vincent Bolloré n'a pas nommé de cibles définies mais a mentionné 'énormément d'opportunités partout'. Havas compte ainsi se développer notamment dans le numérique, qui correspond actuellement à 19% du chiffre d'affaires, part qu'il entend faire passer à 25%-30%.

Départ inattendu du directeur général

Pour son exercice 2010, le groupe français a dégagé un résultat net part du groupe 2010 de 110 millions d'euros, en hausse de 20%, et une marge opérationnelle courante de 202 millions d'euros, en progression de 12%. Le chiffre d'affaires annuel a connu une croissance organique de 3,5%, à 1,558 milliard d'euros. Parmi ses concurrents, en 2010, le groupe britannique WPP a affiché une croissance organique de 5,3%, Publicis de 8,3%, et Omnicom de 6,4%.

Havas a annoncé une trésorerie nette de 87 millions d'euros au 31 décembre 2010, contre 48 millions d'euros un an auparavant. Le groupe a par ailleurs proposé un dividende en hausse de 25% à 0,10 euro par action au titre de 2010.

D'autre part, le groupe a indiqué que Fernando Rodès va quitter, pour des raisons personnelles, son poste de directeur général et son mandat au conseil d'administration, après cinq ans à la tête du groupe. Il va être remplacé par David Jones, actuel PDG du réseau Havas Worldwide. Fernando Rodès va toutefois être nommé vice-président, et rester associé au développement du groupe en Espagne, au Portugal et en Amérique latine.