Mouvement de consolidation en vue dans le secteur des télécommunications aux Etats-Unis. En effet, l'opérateur américain AT&T souhaite faire l'acquisition de T-Mobile USA, filiale de Deutsche Telekom aux Etats-Unis. Ce rapprochement devrait conduire à la création d'un nouveau géant de la téléphonie mobile aux Etats-Unis.

Cette transaction devrait se faire pour un montant global d'environ 39 milliards de dollars, soit 27,5 milliards d'euros. Sur cette somme, la partie en numéraire correspond à 25 milliards de dollars et sera financée par de nouvelles lignes de crédit et de la trésorerie existante. Le solde sera versé en actions, de sorte que le groupe allemand pourrait devenir actionnaire d'AT&T à hauteur d'au moins 5%, voire jusqu'à 8%.

Les conseils d'administration des deux entreprises ont déjà donné leur approbation pour cette opération qui reste soumise à l'obtention du feu vert des autorités de la concurrence. La finalisation de la transaction devrait avoir lieu dans les douze mois, et AT&T a indiqué qu'elle serait relutive sur son bénéfice par action lors de la troisième année suivant cette finalisation. AT&T a précisé que, sur une base pro forma, l'acquisition de T-Mobile porterait le chiffre d'affaires des activités mobiles d'AT&T de 58,5 milliards de dollars à près de 80 milliards.

Avec le cash dégagé de cette vente, l'opérateur allemand a l'intention de réduire son endettement d'environ 13 milliards d'euros, soit une diminution de 13%, mais aussi de procéder à des rachats d'actions pour 5 milliards d'euros.

A l'issue de ce rachat, AT&T devrait retrouver sa place de numéro 1 américain dans la téléphonie mobile, alors que l'opérateur Verizon Wireless lui était passé devant en 2009. Sprint Nextel aurait aussi eu des discussions pour fusionner avec T-Mobile USA.