Stéphane Richard pensait cette époque était révolue... Et pourtant, un salarié s'est suicidé ce matin en s'immolant par le feu sur le parking des locaux de France Telecom à Mérignac. "Tout Bordeaux est en larmes" a confié à l'AFP un syndicaliste de l'opérateur télécom. "L'ensemble du personnel est complètement submergé d'émotion", a-t-il ajouté.

Du côté de la direction, on affiche son émoi: "nous sommes bouleversés d'apprendre le décès d'un salarié de l'agence professionnelle de Bordeaux", écrit un communiqué. La directrice exécutive d'Orange France, Delphine Ernotte et le directeur des ressources humaines Bruno Metling doivent se rendre sur les lieux "immédiatement". Pour les syndicats, l'homme ne supportait plus les changements de postes et d'affections exigés par la direction.

Stéphane Richard n'a pas encore indiqué son intention de se rendre sur les lieux du drame auprès des salariés endeuillés. Il devra pourtant affronter des syndicats en colère alors que son ascension au sein du groupe avait été favorisée par la mise à l'écart de Didier Lombard, accusé d'être à l'origine d'un profond malaise social. L'entreprise avait été marquée par une série de suicides alors qu'il dirigeait l'entreprise. M. Richard, ex-conseiller de Christine Lagarde, a alors été propulsé à la direction du groupe en septembre 2009 avant de prendre en charge la partie exécutive en mars 2010, et de devenir PDG en mars 2011. Il se targuait d'avoir ramener la sérénité dans les rangs du groupe. Le suicide spectaculaire de ce matin pourrait émouvoir l'opinion publique et entacher son action.