Après avoir multiplié les acquisitions dans les pays émergents ces derniers mois, le groupe publicitaire français Publicis se lance dans le rachat de Rosetta, 'l'une des plus grandes agences numériques indépendantes d'Amérique du Nord et l'une des plus dynamiques'.

Dans le cadre de sa stratégie de développement dans la communication numérique, Publicis est prêt à payer un montant initial de 575 millions de dollars, soit plus de 405 millions d'euros, pour racheter Rosetta. De plus, 'les accords prévoient un éventuel paiement différé aux dirigeants-actionnnaires de Rosetta en fonction de la performance de l'agence en 2011-2013 payable en 2014', précise le communiqué. La transaction initiale sera intégralement payée en numéraire. Soumise à l'obtention des autorisations réglementaires en vigueur aux Etats-Unis, l'opération devrait être réalisée au cours du second ou troisième trimestre 2011.

Publicis mise sur le numérique

Publicis a pour objectif de faire passer ses revenus numériques de 28% du chiffre d'affaires total en 2010 à 35% en trois ans. Avec ce rachat, le groupe s'attend à ce que ses activités numériques atteignent plus de 30% du chiffre d'affaires total. Le coup d'envoi de cette stratégie du numérique a été donné en 2006 avec le rachat du groupe américain Digitas, l'un des leaders en communication interactive numérique. En 2009, Publicis a fait une autre importante acquisition dans ce domaine avec Razorfish.

Rosetta emploie plus de 1100 spécialistes de marketing numérique aux Etats-Unis et au Canada, et compte parmi ses clients des groupes comme Bristol Myers Squibb, Hewlett-Packard, Johnson & Johnson, Marriott, ou T-Mobile. En 2011, le groupe américain devrait dégager un chiffre d'affaires d'environ 250 millions de dollars. Rosetta restera une marque autonome et indépendante au sein de Publicis Groupe, sous la responsabilité de son fondateur, Chris Kuenne.

Vers 9h05 ce mardi, le titre Publicis reculait de 0,38%, à 38,32 euros, dans un marché parisien en baisse de 0,41%, à 3 973 points.