En résumé, selon Catherine Nayl, directrice de l’information de TF1, soit le CSA autorise la chaîne d’information LCI à devenir un programme gratuit de la TNT, soit celle-ci reste payante et devrait être amenée à disparaître. 'Si, au 31 décembre, nous n’avons pas trouvé de solution, LCI s’arrêtera', a indiqué Catherine Nayl, appuyée par Eric Revel, directeur de LCI, dans le Nouvel Observateur.

'Canal + et Numéricâble, qui nous versent au total 23 millions d’euros par an pour la distribuer, vont revoir nos contrats à la baisse. En outre, nos recettes publicitaires – 8 millions d’euros - risquent de s’éroder dans la foulée. Dans ce cas, le modèle économique de LCI ne tiendra plus', explique-t-elle.

Le groupe audiovisuel TF1 a déposé en juillet dernier un dossier auprès du Conseil de surveillance de l’audiovisuel pour faire passer sa chaîne d’information LCI du statut de payant à gratuit. LCI deviendrait ainsi la 'chaîne bonus' de TF1, promise dans le cadre de l’attribution d’un canal compensatoire à chaque acteur historique de la télévision (TF1, M6 et Canal+). Cependant, non seulement cette attribution semble compromise du fait de l’opposition de la Commission européenne au processus, mais le choix de LCI pour débarquer sur la TNT soulève aussi de vives réactions parmi les concurrents.

La TNT compte déjà deux chaînes d’information, i-Télé (groupe Canal+) et BFM TV (groupe NextRadioTV). Selon Alain Weill, PDG de NextRadioTV, le passage de LCI en gratuit n’est pas un projet réalisable. 'Ce n’est pas possible que le CSA, sans que la fréquence soit rendue et fasse l’objet d’un nouvel appel à candidatures, laisse passer cette chaîne de payant à gratuit. Il faudrait qu’il y ait une modification de la loi qui fasse que le changement de catégorie relève d’un simple agrément du CSA', explique-t-il. 'Je pense qu’il n’y a pas de justification économique derrière ce projet. Je ne suis pas hostile aux concurrents, mais cela n’a pas de sens d’avoir trois chaînes d’information gratuites quand d’autres thématiques n’existent pas. Cela relèverait de motivations politiques', estime-t-il.

Ce mercredi vers 15h55, le titre TF1 chutait de 1,96%, à 9,39 euros, dans un marché parisien en recul de 0,77%, à 2 960 points. Plus tôt dans la journée, la valeur était montée jusqu’à 9,92 euros.