Sur les neuf premiers mois de cette année, le groupe de télécoms et de divertissement Vivendi a enregistré un chiffre d'affaires en progression de 0,8%, à 21 milliards d'euros, un résultat opérationnel ajusté (Ebita) en hausse de 4,2%, à 4,87 milliards d'euros, et un résultat net ajusté en croissance de près de 14%, à 2,5 milliards d'euros.

Ce mercredi vers 9h05, le titre Vivendi progressait de plus de 2%, à 15,80 euros, soit la plus importante hausse du CAC 40 qui perdait 0,20%, à 3 043 points.

A fiscalité constante, le groupe français a annoncé une augmentation de 200 millions d'euros de la perspective de résultat net ajusté 2011 'grâce à sa bonne performance'. Toutefois, il s'attend aussi à un impact négatif estimé à 350 millions d'euros sur l'année 2011 des nouvelles dispositions fiscales en France. Vivendi prévoit donc désormais un résultat net ajusté 2011 supérieur à 2,850 milliards d'euros, contre 3 milliards attendus auparavant.

'Nos chiffres sont très encourageants. (…) Les résultats de nos deux principaux relais de croissance - le Brésil et les jeux vidéo - s'amplifient. Je suis aussi très satisfait des performances affichées par la musique, où nous observons un rebond en matière de profitabilité', a indiqué Jean-Bernard Lévy, président du directoire de Vivendi, dans une interview accordée au Figaro.

Jean-Bernard Lévy a affirmé que son groupe ne ressent pas 'la crise ni même un ralentissement', mais que 'la manifestation de la crise, c'est, à cause des déficits publics, l'accumulation des nouvelles taxes en France'. D'autre part, le dirigeant a aussi fait savoir que le dossier concernant un éventuel rachat de la participation de 20% que détient Lagardère dans Canal+ France 'n'est plus à l'ordre du jour'.

Par ailleurs, l'entreprise française a annoncé mardi la cession de 35 millions d'actions d'Activision Blizzard. A l'issue de cette opération, la participation de Vivendi dans l'éditeur de jeux vidéo a été ramenée à 60%, contre 63% précédemment.