Orange n’alignera pas ses tarifs sur ceux de Free. Dans un entretien au Journal du Dimanche, le PDG de l’opérateur historique français s’en explique : «On peut toujours faire moins cher mais c'est souvent moins bien. Nous ne nous alignerons jamais sur les prix de Free car nous offrons la sécurité, la fiabilité, des innovations».

«Le vrai risque serait que tous les opérateurs deviennent low cost, ce qui veut dire moins d'investissements, moins de services, moins d'emplois», ajoute Stéphane Richard dans cet entretien.

Sur BFM Business ce matin, le patron de France Telecom a enfoncé le clou, en affirmant qu’Orange voyait déjà revenir des clients déçus par les services de téléphonie mobile de Free. «C'est encore faible, mais c'est quand même un certain nombre», a-t-il précisé.

De la "confusion" sur le réseau

Free a dévoilé le 10 janvier son offre de téléphonie mobile, promettant de diviser par deux la facture des Français. Le lancement de cette offre a contraint les opérateurs historiques, dont Orange, à baisser le prix de certains de leurs abonnements (voir notre article : Free : Le Robin des Bois des télécoms ?).

Depuis, une polémique est apparue sur la fiabilité du réseau de Free. D’après Les Echos, un nombre croissant d'antennes de Free est hors service du fait de l’afflux de nouveaux abonnés. «Le trafic des freenautes passe donc essentiellement sur le réseau d'Orange, avec qui Free a signé un contrat d'itinérance en mars», précise le journal. Des dysfonctionnements que conteste Free mais que Stéphane Richard a commenté : «C'est pour l'instant la grande confusion. On comprend aujourd'hui qu'un réseau de téléphonie ne se limite pas à des prix alléchants».

Vers 16h20, le titre France Télécom grapille 0,1% sur un marché en hausse de 0,6%, tandis qu’Iliad, la maison-mère de Free, empoche 0,5%.