D'après les révélations du quotidien Les Echos du jour, la responsable du pôle vente aux opérateurs de chez Orange aurait contacté le directeur général d'Iliad, Maxime Lombardini, pour se plaindre des infrastructures de Free.

Elle rappelle ainsi que l'accord d'itinérance conclue entre les deux groupes stipule que le réseau Free Mobile couvre 27% de la population française, or remarque-t-elle, ce serait 97% des appels réalisés par les clients de Free Mobile qui passerait par le réseau d'Orange.

La conséquence pour l'opérateur historique serait la manifestation d'incidents graves sur son réseau, comme ce fut le cas le 7 février dernier où certains abonnés de Free et d'Orange n'auraient plus eu de service.

La responsable chez Orange, Brigitte Bourgoin, estime donc qu'une remise à plat de l'accord pourrait être renégocié afin de permettre à France Telecom de couper l'internet mobile dans certaines situations de surcharge du réseau.

Pour les experts, cette question technique apparait peu compréhensible, dans la mesure où une surcharge de 1 million d'abonnés Free (2 millions au total) sur l'offre illimité semble dérisoire au regard des 27 millions de consommateurs déjà accueillis sur le réseau Orange.

En attendant les conclusions des nouveaux tests effectués par l'Arcep, dont le premier accord a ouvert la voie à l'entente conclue entre les deux opérateurs, cette nouvelle attaque contre Free écorne le titre en bourse qui cédait 1,49% vers 11h30, après une perte de 3% à l'ouverture de Paris.