France Télécom est le premier opérateur à faire le bilan du « tsunami Free » sur le marché de la téléphonie mobile au premier trimestre. L'opérateur historique a enregistré au total 615 000 pertes de clients dans le mobile en France lors des trois premiers mois de l'année, un chiffre à comparer aux 219 000 départs enregistrés sur la période correspondante l'an dernier.

Cependant, les demandes de portabilité « sont revenues depuis les deux dernières semaines de mars au niveau d'avant l'arrivée de Free sur le marché », a indiqué son directeur financier Gervais Pellissier lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes. En outre, le contrat d’itinérance conclu avec Free a permis à France Télécom de limiter le repli de son chiffre d’affaires au premier trimestre. Ce dernier s’est élevé à 10,9 milliards d’euros, en baisse de 1,8%.

Le seuil de 3 millions dépassé?


Depuis le lancement de son offre mobile début janvier, Free aurait déjà attiré plus de 3 millions de clients, d’après des sources industrielles citées jeudi par latribune.fr. Or, le nouvel opérateur avait laissé entendre qu’il pourrait revoir ses prix à la hausse, une fois passé ce seuil de trois millions. « On a mis une limite théorique à 3 millions pour ensuite se poser la question : est-ce qu'on s'est trompé dans nos calculs économiques d'une façon ou d'une autre ? On pense que non, et donc ce prix aura une pérennité, mais si on s'est trompé, on s'engage à ne pas changer le prix pour les 3 premiers millions. Mais dans l'autre sens, si on choisit de baisser les prix, on les baissera pour tout le monde », avait expliqué son PDG Xavier Niel le 11 janvier.

Depuis, Iliad, la maison-mère de Free, entretient le suspense sur le nombre de ses abonnés mobile, de même que sur ses intentions commerciales. Elle devrait lever le voile à l’occasion de la publication de son chiffre d’affaires du premier trimestre, qui doit intervenir d’ici le 15 mai.

Vers 17h15, l’action France Télécom gagne 0,2% à la Bourse de Paris, tandis qu’Iliad grignote 0,1% sur un marché en baisse de 0,2%.