Déjà actionnaire à hauteur de 2,5% environ de Vivendi, Vincent Bolloré pourrait poursuivre sa montée au capital du géant du divertissement et des télécommunications.

L’homme d’affaires breton va en effet récupérer 915 millions d’euros de la vente de ses parts dans le groupe de publicité britannique Aegis, annoncée hier. Il réalise au passage une plus-value de 450 millions d’euros.

D’après le Financial Times, Bolloré compte réinvestir le produit de cette vente dans sa société d’autopartage Autolib’ ainsi que dans le rachat de titres Vivendi, dont il viserait 8% du capital. Il deviendrait ainsi le premier actionnaire de Vivendi et pèserait sur les décisions stratégiques à venir.

Vivendi étudie actuellement une scission de ses activités, qui vont des médias aux télécommunications en passant par les jeux vidéo et la musique. D’après l’agence Bloomberg, le président du conseil de surveillance Jean-René Fourtou aurait évoqué vendredi lors d’un salon aux Etats-Unis une vente de sa filiale de jeux vidéo, Activision Blizzard.

Vincent Bolloré serait quant à lui favorable à une séparation entre les activités télécoms (SFR, GVT) et médias. En cas de scission, il pourrait racheter Canal+, Universal Music ou encore Activision Blizzard.

Ces rumeurs ont alimenté une hausse de l’action Vivendi jeudi et vendredi. Le titre a pris 7,8% sur l’ensemble de la semaine, la plus forte hausse du CAC 40.