Iliad, la maison-mère de Free, a publié jeudi un chiffre d’affaires en hausse de 53% à 819 millions d’euros au troisième trimestre, une performance liée au succès de son offre de téléphonie mobile et au maintien d’une bonne dynamique dans le fixe (Freebox).

Sur ces deux activités, Free revendique plus de la moitié des nouveaux abonnements comptabilisés en France au troisième trimestre. Le rythme de « recrutement » de nouveaux abonnés a toutefois ralenti dans le mobile, avec 805 000 ouvertures (nettes des résiliations) contre 2,6 millions au premier semestre. « Le Groupe a maintenu son excellente dynamique de recrutement d’abonnés sur ses offres mobiles. Au 30 septembre 2012, (il) compte 4 405 000 abonnés à ses offres mobiles, soit 6,4% du parc total », souligne cependant Iliad.

Free a fait une entrée fracassante sur le marché de la téléphonie mobile en début d’année, avec des forfaits bien moins chers que ses concurrents. Depuis, Orange, Bouygues, et SFR ont adapté leurs offres et affichent désormais des tarifs compétitifs par rapport au nouvel arrivant. Tous trois affirment avoir stoppé l’hémorragie de clients au troisième trimestre et gagner à nouveau du terrain. Bouygues Telecom a même dévoilé la semaine dernière une offre en « illimité » moins chère que celle de Free.

S’il a réussi son entrée, Free va donc devoir composer avec une concurrence plus resserrée à l’avenir. Il devra continuer à se démarquer s’il ne veut pas voir sa croissance s’essouffler. Free est aussi attendu sur l'amélioration de la qualité de son réseau, qui reste l’un des principaux motifs de résiliation d’après un récent sondage du cabinet d’études Edcom.

La route est encore longue pour l’opérateur qui vise à moyen-long terme une part de marché de 25%. Vers 14h25, le titre prend 0,8% sur un marché parisien en baisse de 0,4%.