Bouygues Telecom a réussi à faire condamner Orange et SFR jeudi au terme d’une procédure entamée il y a plusieurs années, qui visait les anciennes offres « illimité » proposées par les deux plus gros opérateurs de téléphonie mobile.

« Orange et SFR ont commercialisé, essentiellement entre 2005 et 2008, des offres donnant la possibilité d'appeler en illimité uniquement au sein de leurs réseaux », a indiqué jeudi l’Autorité de la concurrence, jugeant cette pratique « anticoncurrentielle ». Elle condamne les deux groupes à des amendes relativement lourdes, 117,5 millions d’euros pour Orange et 65,7 millions d'euros pour SFR. Ces amendes doivent être versées à l'Etat. « Mais cela m'étonnerait que l'affaire en reste là. Bouygues Telecom va demander réparation », a commenté Bruno Lasserre, le président de l’Autorité de la concurrence.

La plainte de Bouygues Telecom remonte à 2006. A l'époque, le troisième opérateur, plus petit que ses deux concurrents, n'avait pas été en mesure de répliquer à leurs offres spéciales, qui proposaient par exemple des "numéros cadeaux" permettant d'appeler en illimité trois interlocuteurs abonnés au même opérateur.

Cette pratique, dite de "club" ou de "tribu", aurait permis à Orange et SFR de fidéliser sur le long terme, parfois pendant plusieurs années, les consommateurs. Un abonné encourageait ainsi les membres de sa famille et ses amis à souscrire le même forfait que lui pour économiser sur les communications.

SFR a réagi en rappelant que l’affaire concerne des faits datant de plus de 7 ans. « Nous examinons actuellement les suites à donner », a indiqué l'opérateur à l’AFP.

Vers 11h40, sur un marché parisien en baisse de 0,3%, c’est Bouygues qui cède le plus de terrain (-0,6%), alors que France Telecom et Vivendi (SFR) lâchent 0,1%.