France Telecom retrouve des couleurs ce lundi grâce à une note favorable de Morgan Stanley. Le bureau d’études estime qu’il est temps de revenir sur la valeur après une année 2012 difficile tant au plan boursier que des résultats.

Selon le broker, les attentes du marché pour l’opérateur télécom semblent désormais raisonnables et sa valorisation est faible. La valeur pourrait se redresser, si l’entreprise parvient à réduire ses coûts et à stabiliser son résultat opérationnel comme elle s’y est engagée. Ajouté à cela de possibles subventions publiques pour le déploiement de la fibre optique, Morgan Stanley passe d’une recommandation "sous-pondérer" à "surpondérer" et vise une appréciation de 20 à 50% de l’action.

Dans une récente interview à Reuters, le PDG de France Télécom, Stéphane Richard, a souligné l’ « effort intense » du groupe pour réduire ses coûts face à un marché de plus en plus concurrentiel. L'ex-monopole entend réduire ses coûts d'exploitation de 500 millions d'euros cette année. Par ailleurs, 7000 départs non-remplacés sont programmés d'ici la fin 2015, en partie grâce à un accord à temps partiel négocié pour les seniors. Malgré ces efforts, l'opérateur historique peine à redresser son cours de bourse. Le titre a perdu 31% en 2012 et cède encore 13% depuis le début de cette année, à comparer à un recul de 1% pour l'indice sectoriel des télécoms en Europe. La semaine dernière, Standard & Poors a placé la note du groupe sous surveillance négative en invoquant l'affaiblissement de ses perspectives cette année en France et en Pologne.

L’optimisme affiché par Morgan Stanley semble réveiller les investisseurs. Le titre gagne plus de 5% lundi à la mi-journée sur un marché en baisse de 0,2%. Il réalise de loin la meilleure performance du secteur européen des télécoms.