Il n’y a pas qu’en Europe que le secteur télécom est en ébullition. Ce lundi, le numéro deux américain de la télévision par satellite, Dish Network, a fait une contre-offre sur son compatriote Sprint Nextel, troisième opérateur de téléphonie mobile du pays.

Dish propose un total de 25,5 milliards de dollars, dont 17,3 milliards en cash, pour mettre la main sur l’opérateur et créer ainsi un mastodonte des télécom et du divertissement. Cette annonce est une surprise pour les investisseurs dans la mesure où Sprint Nextel a déjà accepté en octobre une offre de rachat de 70% de son capital par la banque japonaise Softbank. Celle-ci compte investir 20 milliards de dollars pour recapitaliser l’opérateur en difficulté, mais l'opération reste suspendue au feu vert des autorités américaines qui veulent s'assurer que ce rapprochement ne pose pas de problème de sécurité nationale.

« L'offre de Dish est clairement une meilleure alternative pour les actionnaires de Sprint comparé à celle de Softbank », a affirmé lundi Charlie Ergen, le président de Dish Network. Reste à savoir comment le groupe, deux fois plus petit que sa proie en termes de chiffre d’affaires, peut financer un tel rachat. Dish, qui possède notamment le loueur de vidéos en difficulté Blockbuster, est durement concurrencé par les réseaux câblés de Comcast et Verizon, plus flexibles et offrant également à leur clientèle accès à internet et téléphonie fixe et mobile.

Vers 16h45, le titre de Sprint Nextel bondit de 15% tandis que celui de Dish Network recule de 7%, sur un marché en baisse de 0,8%.