En dépit de la morosité du marché publicitaire mondial, Publicis a dégagé de solides performances au premier semestre 2013. Le troisième groupe mondial de communication a fait état d'un chiffre d'affaires en hausse de 8,7% à 3,35 milliards d'euros et d'un bénéfice net amélioré de 15% à 314 millions.

« La forte accélération de la croissance organique à 5% au deuxième trimestre permet à notre groupe d’améliorer très sensiblement ses performances », d’autant plus remarquables qu’ « il faut replacer ce chiffre dans un contexte économique mondial peu favorable, une concurrence acharnée et un climat des affaires incertain », a commenté le président du directoire Maurice Lévy.

Les dépenses de communication sur internet et sur mobiles aux Etats-Unis ont été le principal moteur de la croissance du groupe qui affiche des revenus en hausse de 6,1% sur le marché américain. En revanche, la crise économique continue d’impacter les dépenses publicitaires en Europe, où les revenus du groupe ont baissé de 3,6%. La situation dans les marchés émergents est contrastée, avec une croissance toujours forte en Chine (+11,5%) mais beaucoup moins au Brésil (+3,3%). Publicis compte cependant sur l’effet Coupe du Monde 2014 pour doper ses revenus dans ce pays.

Au final, le groupe confirme attendre une croissance organique pour l’année 2013 supérieure à la croissance réalisée en 2012 (+2,9%). Celle-ci pourrait se situer aux alentours de 3,6%, dans le haut de la fourchette initialement fixée. « Nous allons également améliorer nettement notre marge », a indiqué Maurice Lévy. A 13,8% au premier semestre, celle-ci reste l’une des plus élevées du secteur.

Vers 11h10, le titre gagne 3,6% sur un marché parisien en hausse de 0,3%. Il a pris 30% depuis le début de l’année et 60% sur un an.