Moins d’un mois après l’annonce d’un plan social de grande ampleur – le groupe prévoit de supprimer 15 000 postes à travers le monde- Alcatel-Lucent a publié jeudi ses résultats du troisième trimestre. Ces derniers confirment l’amélioration observée au deuxième trimestre, avec un chiffre d’affaires en hausse de 7% à 3,7 milliards d’euros et un résultat opérationnel (hors charges de restructuration) positif, à 116 millions d’euros.

Le groupe reste cependant nettement dans le rouge en raison de ses charges de restructuration. La perte nette s’élève à 200 millions d’euros contre 316 millions d’euros à la même période de l’année dernière. La dette s’est également alourdie d’environ 200 millions d’euros à 1 milliard d'euros.

« Nous voyons les premiers signes positifs de notre nouveau modèle opérationnel et sommes encouragés par les résultats du plan Shift (ndlr : plan de retour à la rentabilité dévoilé en juin). Nous restons pleinement concentrés sur l’exécution de ce plan pour accélérer la dynamique actuelle », a commenté dans un communiqué le PDG d’Alcatel-Lucent, Michel Combes

Au-delà de la réduction des coûts, les performances commerciales sont en progrès: au cours du trimestre écoulé le groupe indique avoir conclu des contrats « dans chacune des grandes régions : Etats-Unis, Europe, Asie, notamment dans l’accès fixe et mobile ». Le dernier contrat en date, annoncé hier, concerne le déploiement du réseau 4G de l’opérateur américain Sprint. Son montant n’a pas été dévoilé.

Pour le quatrième trimestre, Alcatel-Lucent s’attend à une « forte activité saisonnière » et espère dépasser son objectif annuel de réduction de coûts, fixé à 250-300 millions. Il n'en fallait pas plus aux investisseurs pour se ruer à nouveau sur le titre qui prend  17,8% jeudi à la mi-journée. Il efface ainsi pratiquement toutes ses pertes sur le mois d'octobre.