Vivendi a créé la surprise vendredi en affirmant vouloir céder sa filiale de télécommunications SFR à Numericable plutôt qu’à Bouygues. Le conseil de surveillance qui s’est réuni en fin de matinée « a décidé d’entrer en négociations exclusives avec Altice (la holding propriétaire de Numericable, ndlr) pour une période de trois semaines », affirme le groupe dans un communiqué.

Altice propose à Vivendi 11,75 milliards d’euros en cash et 32 % du nouvel ensemble, dont Vivendi sortira selon des modalités « programmées ». C’est peut-être là ce qui a joué en sa faveur. Vivendi souhaite en effet sortir de l’activité télécoms pour se recentrer sur les contenus. Or, Bouygues lui proposait une participation importante dans le futur opérateur (43%) dont il aurait été plus difficile de se débarrasser. A cela s’ajoute la logique d’une fusion entre un opérateur de téléphonie mobile (SFR) et un spécialiste du fixe (Numericable) plutôt qu’un rapprochement de deux opérateurs (SFR et Bouygues Telecom) qui créerait davantage de doublons.

Toutes les options restent ouvertes

L’offre d’Altice « est la plus pertinente pour les actionnaires et les salariés du Groupe et elle offre la meilleure sécurité d’exécution. Elle répond le mieux à l’objectif de Vivendi de devenir rapidement un acteur européen majeur des médias et des contenus et de renforcer SFR comme un acteur dynamique du très haut débit fixe et mobile », affirme Vivendi.

Ce n’est pas l’avis du ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, qui aurait visiblement préféré une fusion entre deux entreprises françaises (Altice, la maison-mère de Numericable, est basée au Luxembourg). Ce matin sur Europe 1 le ministre a également évoqué des problèmes de concurrence dans le secteur du câble. Tout n’est donc pas joué pour Numericable, qui va non seulement devoir convaincreles actionnaires de Vivendi mais donner aussi des garanties au gouvernement sur le maintien des emplois chez SFR/Numericable. Pour l’heure toutes les options restent ouvertes, semble d’ailleurs indiquer Vivendi. Le conseil de surveillance ne décidera que dans trois semaines s’il abandonne les autres pistes envisagées, notamment l’introduction en bourse de SFR.

Vers 16h30, le titre Vivendi grignote 0,2% tandis que Numericable s’envole de 12,8%. Bouygues cède 4,6%, entraînant avec lui Iliad (Free) à qui il prévoyait de vendre son réseau de téléphonie mobile en cas de rapprochement avec SFR.