A la veille de la publication de ses résultats semestriels, Vivendi attend de nouvelles offres pour sa filiale de téléphonie fixe brésilienne GVT.  Le conseil d'administration de Telecom Italia doit se réunir ce mercredi afin de formaliser une offre de l'ordre de sept milliards d'euros, dont une participation de 15% à 20% au capital de l’opérateur italien, ont indiqué plusieurs sources à l’agence Reuters.

De son côté l’espagnol Telefonica a déjà fait offre ferme sur GVT, d’un montant de 6,7 milliards d’euros (dont 3,9 milliards en cash). Il serait prêt à améliorer légèrement ce montant, toujours selon Reuters.

Vivendi avait mis la main sur GVT en 2009 pour 2,8 milliards d'euros, supplantant.... Telefonica, déjà intéressé car le Brésil est pour lui un marché crucial. Depuis, cette filiale, souvent qualifiée de "Free brésilien", n'a cessé de croître à une vitesse record au point de devenir l'une des pépites du groupe français. Ce dernier a cependant décidé en 2013 de se recentrer sur les médias, mettant en vente ses actifs télécom (SFR, GVT, Maroc Telecom). Après les ventes de SFR (13,5 milliards d'euros) et Maroc Telecom (4,2 milliards), GVT reste le seul actif du groupe dans ce secteur.

Un actif stratégique puisqu'il permet au groupe de diffuser ses contenus (musique, films, etc) sur l'immense marché brésilien. Officiellement, Vivendi avait donc décidé de conserver GVT. Mais avec ces nouvelles offres jugées généreuses par les analystes, la balance penche à nouveau en faveur de la cession et d'un retour de cash aux actionnaires.

Vers 15h20, le titre Vivendi s'adjuge ainsi 1,2% sur un marché parisien en hausse de 0,1%.