Après avoir longtemps tergiversé Vivendi a décidé de se séparer de son opérateur téléphonique brésilien GVT. « Au regard de la stratégie du Groupe et dans le meilleur intérêt de ses actionnaires, le Conseil de surveillance a décidé d’entrer en négociations exclusives avec Telefonica ». Le groupe espagnol propose de racheter GVT pour 7,45 milliards d’euros. Cette comprend une partie en numéraire de 4,6 milliards d’euros et une partie en titres de Telefonica Brasil (12 % du capital), dont un tiers environ peut être échangé, à l’option de Vivendi, contre une participation de 5,7 % du capital et 8,3 % des droits de vote de Telecom Italia.

« Le prix proposé par Telefonica a été considéré comme particulièrement attractif, dégageant une plus-value de plus de 3 milliards d’euros », explique Vivendi dans un communiqué. « Les autres conditions de l’offre, limitant au strict minimum le risque d’exécution de l’opération et les engagements de Vivendi postérieurs à la vente, répondent également aux objectifs de Vivendi. »

La vente de GVT achèverait le recentrage de Vivendi sur les médias et les contenus, même s’il garde des participations minoritaires dans SFR et Telefonica. L’accord avec Telefonica « permettrait de développer des projets communs dans le domaine des contenus et des médias », précise le groupe. Vivendi avait mis la main sur GVT en 2009 pour 2,8 milliards d'euros, supplantant.... Telefonica, déjà intéressé car le Brésil est pour lui un marché crucial. Depuis, cette filiale, souvent qualifiée de "Free brésilien", n’a cessé de croître et dispose aujourd’hui de l’infrastructure haut débit la plus performante du pays, selon Vivendi.