Après l’échec de son offre sur l’américain T-Mobile, Iliad n’entend pas se rabattre sur Bouygues Telecom. « Non », le rachat de Bouygues Telecom n’est pas d’actualité, a affirmé Xavier Niel ce matin sur Europe1.

Le patron de Free n’a pas donné plus de détails sur les ambitions de l'opérateur en France ou à l’étranger. Pourtant, de nombreux analystes jugent ce rapprochement inévitable sur un marché français des télécoms toujours très disputé. Face aux mastodontes Orange et SFR/Numericable, les numéro 3 (Free) et 4 (Bouygues Telecom) auraient tout intérêt à s’entendre. L’opération pourrait générer des synergies de 7 milliards d'euros et propulser les titres d’Iliad et de Bouygues bien plus haut qu’actuellement, estime Credit Suisse dans une note publiée la semaine dernière.

Les deux opérateurs pourraient partager leurs réseaux qui sont assez complémentaires, Bouygues disposant d’une large palette de fréquences mobiles tandis qu’Iliad est meilleur dans le fixe. Le principal obstacle, aujourd’hui comme il y a neuf mois, semble résider dans les mauvaises relations entre Martin Bouygues et Xavier Niel. Ces mauvaises relations s’illustrent dans un autre dossier, celui de la chaîne d’information LCI (groupe TF1) que Xavier Niel souhaite "sauver" mais qui n’a toujours pas donné suite à ses marques d’intérêt.