Altice prend pied aux Etats-Unis. La holding luxembourgeoise propriétaire de Numericable-SFR et d'une dizaine de groupes de communications ou de media en Europe a annoncé mercredi le rachat de 70% des parts de Suddenlink Communications, le septième câblo-opérateur américain, aux fonds BC Partners et CPP Investment Board. Cette transaction valorise la société à 9,1 milliards de dollars.

« Avec cette acquisition, le groupe Altice entre sur le grand et attractif marché du câble américain et franchit une nouvelle étape dans la diversification et l'équilibrage de son portefeuille d'activités de haute qualité », souligne Altice dans un communiqué. Suddenlink,qui compte 1,5 million de clients particuliers et 90 000 entreprises, a dégagé en 2014 un chiffre d'affaires de 2,3 milliards de dollars et un excédent brut d'exploitation de plus de 900 millions. Il est présent dans une quinzaine d'Etats dont le Texas, la Louisiane, l'Arkansas, la Caroline du Nord, l'Oklahoma, l'Arizona ou encore la Virginie occidentale.

6,7 milliards de dettes

Altice ne déboursera qu’1,2 milliard de dollars pour cette acquisition qu’il espère finaliser au quatrième trimestre 2015. L’essentiel de l’opération (6,7 milliards) sera financé par de la dette, tout comme le rachat de Numericable-SFR finalisé fin 2014. Altice applique ainsi le modèle de LBO (leverage buy-out, rachat par endettement) qui a fait son succès. Mais la dette du groupe commence à inquiéter certains analystes. Elle passera d'environ 25 milliards d'euros à 30 milliards avec ce rachat.

Les ambitions américaines de Patrick Drahi sont vont cependant bien au-delà. D'après le Wall Street Journal, Altice aurait pris contact avec Time Warner Cable, le numéro deux du secteur, valorisé 44 milliards de dollars. Un gros morceau à côté duquel Suddenlink ferait figure de hors-d'oeuvre. Par ailleurs, Altice garde un oeil sur le marché français. Il serait prêt à débourser 8 milliards d’euros pour mettre la main sur Bouygues Telecom, mais ce dernier n'est pas à vendre, selon Martin Bouygues. Les discussions buteraient sur la valorisation du quatrième opérateur français.

Vers 11h30 le titre d’Altice bondit de 7,6% à la bourse d’Amsterdam alors que le secteur télécom est sous pression à Paris. Orange abandonne 2%, Bouygues 1,5%, Iliad (Free) 2,6%.