Luc Besson et son associé Christophe Lambert prendraient volontiers congé de la bourse. D’après la Lettre de l’Expansion ils négocieraient avec un partenaire financier le rachat de la part d'EuropaCorp cotée en bourse (34%), actuellement valorisée 162 millions d’euros.

Le titre bondit de près de 6% mercredi à la suite de cette information que la société a refusé de commenter.

Pour les analystes de Natixis, le rachat des minoritaires d’Europacorp devrait se faire avec une prime de 30% par rapport au cours d’hier, soit autour de 6,8 euros, et que même avec une prime de 20%, « le cas le plus défavorable », le prix de 5,8 euros représenterait un rapport risk/reward très attractif.

Le bureau d’analyses évoque également la possibilité d’un rachat du studio par Vivendi ou par le groupe américain Relativity avec lequel EuropaCorp a lancé une coentreprise de distribution aux Etats-Unis. Selon la Lettre de l’Expansion, toutefois, les discussions avec Vivendi ont été « suspendues ».

Ces rumeurs de rachat interviennent après une nouvelle chute du titre causée par des résultats inférieurs aux attentes au quatrième trimestre 2014/2015. EuropaCorp a pourtant publié un chiffre d’affaires en hausse de 7% sur l’ensemble de l’exercice écoulé, à 227,5 millions d’euros, grâce au succès mondial des films Lucy et Taken 3. Mais le manque de visibilité sur les revenus a toujours pénalisé le groupe qui a vu son cours a été divisé par trois depuis l'introduction en bourse en 2007.