Espace Communication - News, articles, interviews et dossiers

Lagardère fait ses premiers pas dans l'édition russe

Lagardère fait ses premiers pas dans l'édition russe

(Easybourse.com) Aux côtés des radios locales et activités de presse qu'il détient en Russie, le groupe français Lagardère a renforcé sa présence dans l'édition en rachetant une participation dans le russe Atticus.

Hachette Livre, filiale de Lagardère, a signé un protocole d’accord avec le groupe d'édition russe Atticus Publishing afin de racheter une participation minoritaire de 25% plus une action dans Atticus. Jusqu’alors, le groupe français était déjà présent en Russie à travers des stations de radio locales et des activités de presse notamment, mais c’est la première acquisition que le groupe réalise dans l’édition russe. La finalisation de la transaction est prévue d’ici à la fin juin. Les conditions financières de cette opération n’ont pas été communiquées.

Dans le domaine de l’édition en Russie, Lagardère avait toutefois déjà développé en propre une activité Fascicules (vendus en kiosque, comme Construire le paquebot France) depuis deux ans. Cette activité a «présenté de très bons résultats» en Russie, a indiqué Ronald Blunden, directeur de la communication de Hachette Livre. La Russie a d’ailleurs tiré vers le haut la croissance de cette activité à l’échelle mondiale en 2010. Le potentiel de reprise du marché russe semble être une carte à jouer pour Lagardère. Sur l’exercice 2010, le chiffre d’affaires publicitaire de la presse en Russie a enregistré une progression à deux chiffres, tandis que les activités de radio à l’international ont été notamment soutenues par la Russie.

Le protocole d’accord signé avec Atticus donne la possibilité à Lagardère d’augmenter sa participation dans Atticus. «Si ça se passe bien, on voudrait à terme devenir actionnaire majoritaire. Il faut trouver des synergies et mieux comprendre le marché russe de l’édition», a expliqué Ronald Blunden. En revanche, le groupe français n’a pas l’intention de faire d’autres acquisitions dans l’édition russe dans l’immédiat, a-t-il ajouté.

La Russie intéresse les groupes de médias

«Entrer au capital d’un éditeur russe pourrait avoir un intérêt pour le groupe Lagardère. Le marché russe de l’édition fonctionne surtout sur la traduction, et à ce niveau Lagardère possède un catalogue de droits important», rappelle Jérôme Bodin, analyste spécialisé dans le secteur des médias chez Natixis.

Le groupe d’édition russe possède un catalogue d'environ 1700 titres constitué principalement de fictions russes et étrangères ainsi que de titres jeunesse. Détenu à 82% par A&NN Group contrôlé par Alexander Mamut, Atticus est le quatrième éditeur russe par la taille et a dégagé un chiffre d’affaires de 43 millions de dollars en 2010.

«Le marché russe a rencontré des grandes difficultés ces dernières années et semble connaitre une reprise actuellement. Ainsi, investir en Russie pourrait être intéressant. Lagardère connaît assez bien le marché russe. A l’heure actuelle, pas mal de groupes de médias regardent vers la Russie qui a un potentiel de croissance assez important», constate Bruno Hareng, analyste spécialiste du secteur chez Oddo Securities.

C.L.

Publié le 28 Mars 2011