Espace Communication - News, articles, interviews et dossiers

4G: Iliad cherche à gagner du temps

4G: Iliad cherche à gagner du temps

(Easybourse.com) Pour l'Etat, il s'agit de récupérer deux milliards d'euros et de développer un réseau 4G sur tout le territoire. Pour Iliad, l'appel d'offres est taillé sur mesure pour France Telecom, et la concurrence en sera d'autant plus réduite. L'électron libre du secteur télécom français devra pourtant décrocher une licence 4G à tout prix.

À lire dans ce dossier.

Nouvelle génération télécom, nouvel appel d’offre, nouvelle bagarre ! Alors que les pouvoirs publics doivent lancer dans quelques semaines la course aux licences 4G, les opérateurs sont déjà en train de se tirer dans les pattes. D’ores et déjà, les petits opérateurs se plaignent d’une mascarade où les intérêts des grands opérateurs, notamment Orange, seront privilégiés. En réponse, France Telecom juge que Bouygues et Iliad gesticulent pour gagner du temps, voir de l’argent. Déjà au début des années 2000, Bouygues Telecom avait boudé l’appel d’offre des licences UMTS préférant intensifier son réseau avec la technologie EDGE. Il avait ensuite tenté d’obtenir cette fameuse licence au rabais provoquant un tollé de ses deux concurrents.

L'Etat veut récupérer 2 milliards d'euros

Cette fois, Bouygues prendra de la voix avec Xavier Niel, le patron-fondateur du trublion des fournisseurs d’accès à internet, Free. Celui-ci doit arriver sur le marché des télécoms l’année prochaine, et a promis une impitoyable guerre des prix. Un exercice dangereux parce que les trois autres concurrents disposent de marges d’exploitation de l’ordre de 40% et leurs investissements ont déjà été amortis. «Ce n’est pas tant l’exploitation qui est coûteuse, mais les investissements nécessaires en équipements de réseaux télécoms. C’est un peu comme les sociétés d’autoroutes» affirme Jean-Michel Huet, de chez BearingPoint. Ainsi, Iliad pourrait être rapidement asphyxié si, en plus de son investissement 3G et fibre optique actuellement en déploiement, doit s’ajouter l’achat et l’exploitation d’une licence 4G. Il faut dire que l’Etat cherche à récupérer près de 2 milliards d’euros sur ces licences. Et pourtant, Iliad ne

Orange, SFR et Bouygues ne peuvent pas être pénalisés parce qu’ils investissent plus rapidement, parce que derrière ce sont les consommateurs qui seraient pénalisés…

pourra se priver d’une licence 4G. Les opérateurs doivent d’ores et déjà faire face à une saturation du débit internet mobile. Et les consommateurs risquent de privilégier la qualité de débit, indispensable pour l’optimisation de leurs smartphones.

Pour Xavier Niel, Orange tente de s’accaparer près de 60% du spectre de la fréquence allouée à la 4G, et ne laissera que des miettes aux trois autres opérateurs. Martin Bouygues est bien de son avis. Celui-ci n’avait-il pas qualifié de "grand cirque hystérique, les achats de fréquences de la quatrième génération" ? Le patron du troisième opérateur de téléphonie mobile français avait affirmé: "si l'Etat veut maximiser sa recette, celui qui paye le plus cher gagne. Je vais vous donner le nom du gagnant, c'est Orange qui est plus riche que les autres". D’après eux, en insistant sur le critère de l’aménagement du territoire plutôt que sur celui de la concurrence, l’Etat donne des billes à France Telecom. C’est le fameux thème de la fracture numérique. «Il est vrai que Iliad ont moins de temps pour amortir leurs investissements, mais Orange, SFR et Bouygues ne peuvent pas être pénalisés parce qu’ils investissent plus rapidement, parce que derrière ce sont les consommateurs qui seraient pénalisés…», analyse Jean-Michel Huet.

Coup de bluff périlleux?

En réalité, Iliad n’a pas intérêt à «bluffer» trop longtemps car une fois l’appel d’offres lancé, il devra batailler pour remporter une des quatre licences… Et ce n’est pas gagné. «Rien ne dit qu’un groupe étranger ne se porte pas candidat, ce ne serait pas la première fois en Europe que cela arrive» observe Jean-Michel Huet. Il admet toutefois que ce cas de figure est plus rare.

Nabil Bourassi

Publié le 06 Mai 2011