Espace Communication - News, articles, interviews et dossiers

Interview de François Legros : PDG de Genesys

François Legros

PDG de Genesys

En 2005, la société a enregistré la croissance organique en volume la plus forte de son marché

Publié le 20 Septembre 2006

Au regard de vos performances semestrielles, estimez-vous que vos efforts commencent à porter leurs fruits ?
Les efforts de restructuration opérationnelle entrepris au cours de ces 3 dernières années ont permis à Genesys de renforcer sa compétitivité. En 2005, la société a enregistré la croissance organique en volume la plus forte de son marché, une tendance qui se confirme en 2006. Le chiffre d’affaires de Genesys s’est également stabilisé, dans un contexte de forte érosion des prix, et nous avons renoué avec les bénéfices.

Sur le seul second trimestre, votre chiffre d’affaires s’est stabilisé à 35,9M€ et votre marge s’est élevée à 63,1% (hors crédit d’impôt). Quels enseignements en tirez-vous ?
La croissance de nos volumes d’activité soutient un niveau de marge brute compris entre 60 et 65%, qui correspond à nos objectifs, et qui se situe parmi les plus performants du marché. Ce niveau de performance démontre la compétitivité de l’outil de production de Genesys.

Votre volume total d’activité a augmenté à la fois par rapport au niveau qui prévalait il y a un an et en rythme séquentiel. Quels ont été les moteurs de cette croissance et comment les voyez-vous évoluer au second semestre?
Notre offre de services répond précisément aux problématiques des grandes entreprises qui constituent notre cœur de cible. Outre notre supériorité technologique, nous apportons un service de proximité de qualité depuis 24 pays en Europe, en Amérique du Nord et en Asie-Pacifique. Nous avons également mis en oeuvre un certain nombre d’actions commerciales visant à accélérer le déploiement de nos services au sein des entreprises et renforcé sensiblement nos forces de vente.

La dynamique du programme Multimedia Minute correspond-t-elle à vos attentes ? Quels sont vos objectifs pour cette division à court et moyen terme ?
Le « Multimédia Minute » offre un tarif unique pour l’utilisation de notre service Genesys Meeting Center, comprenant l’ensemble des fonctionnalités de ce service, depuis l’audio jusqu'à la web conférence et la vidéo sur IP. Genesys Conferencing a lancé cette nouvelle tarification en 2004, afin d’encourager les entreprises à enrichir leurs réunions à distance par l’utilisation de la web conférence et de la vidéo sur IP, conjointement à leurs réunions téléphoniques. Nous sommes très satisfaits des résultats obtenus, puisque le programme Multimédia Minute représente aujourd’hui 68% du volume total de Genesys Meeting Center, et contribue à accroître l’adoption de nos services en tant qu’application clé de communication dans l’entreprise.

Avez-vous déjà tiré des bénéfices de votre augmentation de capital lancée en février 2006 pour un montant total brut d’environ 53,6 millions d’euros ? Est-ce que vous avez réinvesti cette somme ?
Nous avons effectivement clôturé en février dernier une augmentation de capital d’un montant de 53,6 millions d’euros avec succès. Le produit de cette augmentation de capital a servi à rembourser une grande partie de la dette bancaire de Genesys et a apporté une pierre finale à sa restructuration. La dette bancaire de la société s’élevait au 30 juin 2006 à 25,3 millions d’euros contre 72 millions à la fin de l’exercice 2005. Les fonds propres de la société ont également été renforcés. De plus, cette recapitalisation a apporté à Genesys une plus grande flexibilité financière, qui a permis de nouveaux investissements technologiques, en particulier dans notre programme de Voix sur IP.

Genesys Conferencing est le plus grand fournisseur de téléconférences de la région Asie-Pacifique, quelle stratégie mettez-vous en place dans cette région ?
Genesys est entré sur ce marché en 1997 et est aujourd’hui présent dans 9 pays en Asie-Pacifique. En 2005, nous avons créé une filiale en Chine Continentale et venons juste d’ouvrir un centre de recherche et développement à Shanghai. Nous prévoyons également de nous implanter en Inde dans les mois qui viennent et nous continuerons à pénétrer de nouveaux marchés dans cette région.

La région Asie-Pacifique représente aujourd’hui seulement 8% du marché global des téléconférences, mais à moyen terme la Chine et l’Inde seront très probablement les deux pays les plus utilisateurs au monde des services de réunion à distance. D’où l’importance stratégique de cette région pour Genesys.

Vous venez d’annoncer l’intégration d’un softphone dans votre solution phare Genesys Meeting Center. En quoi consiste ce nouveau produit et quels sont ses avantages ?
Genesys Meeting Center est une solution qui intègre sur une seule et même plate-forme l’audio, la vidéo et la web conférence. Elle permet ainsi à des personnes géographiquement dispersées de se parler, de se voir et de travailler ensemble de la même manière que si elles étaient dans une salle de réunion.

L’intégration de notre softphone propriétaire va permettre aux utilisateurs de choisir, pour leur connexion audio, entre la téléphonie traditionnelle et la voix sur IP. Pour les entreprises, le premier avantage de la voix sur IP réside dans la suppression des coûts de télécommunications, qui peuvent vite devenir très élevés dans le cas d’appels internationaux. La solution offre également une plus grande souplesse d’utilisation puisqu’une simple connexion Internet et un simple « clic » de souris suffisent pour accéder à notre service multimédia.

Pouvez-vous tirer un premier bilan de votre service de téléconférence Emergency Meeting Center lancé en mars 2006 ?
Il faut replacer le lancement de ce service dans son contexte. Emergency Meeting Center est une déclinaison de Genesys Meeting Center plus particulièrement adaptée à une situation de crise et qui a pour vocation de s’intégrer dans un plan de continuité de l’activité. Par le passé, nous avons en effet enregistré un pic d’utilisation de nos services après des crises majeures, à la suite des évènements du 11 septembre ou encore lors de l’épidémie du SRAS par exemple. Ce surcroît d’activité est par essence ponctuel et généralement de courte durée mais conditionne bien souvent la continuité des opérations de nos grands clients.

Sur le plan stratégique, quels sont vos axes prioritaires pour 2006 et 2007 ?
Soutenir notre croissance organique, améliorer notre productivité et gagner des parts de marché sont toujours nos axes prioritaires. Nous allons continuer à investir dans nos ressources commerciales et en R&D, car ce sont eux qui nous permettent de répondre rapidement aux demandes spécifiques de nos clients, et d’être bien positionné par rapport aux évolutions de notre marché.

Estimez-vous que le cours de votre titre reflète correctement les perspectives de votre entreprise ?
Je ne commente habituellement pas notre cours de bourse. Néanmoins, au vu des résultats que nous avons obtenus et de nos performances en termes de rentabilité, plusieurs analystes considèrent le titre comme actuellement sous évalué.

Genesys est considérée comme une cible potentielle pour un opérateur. Comment réagiriez-vous face à une OPA, envisageable compte tenu de la dispersion de votre capital?
Genesys étudiera avec attention toute OPA ou proposition de rachat, pourvu qu’elle soit dans l’intérêt de ses actionnaires et de la société.

Quelle sera votre politique en matière de dividendes cette année ?
Nous ne prévoyons pas de payer de dividendes cette année.

Le mot de la fin pour vos actionnaires.
Le marché de la collaboration à distance offre de nouvelles opportunités de croissance et Genesys jouit d’ores et déjà d’un positionnement unique en qualité de prestataire de solutions multimédia à destination des grandes entreprises nationales et multinationales. Notre volume d’activité connaît une croissance régulière et notre société a retrouvé une stabilité financière. Ces deux éléments constituent le socle nécessaire à nos progrès futurs.

laetitia

OK, tout accepter
Fermer