Espace Communication - News, articles, interviews et dossiers

Interview de  Fahr : Spécialiste de la valeur Hi Média

Fahr

Spécialiste de la valeur Hi Média

J’ai la satisfaction non seulement d’avoir réalisé une bonne affaire en bourse mais également de participer à un projet passionnant

Publié le 04 Avril 2007

Vous avez acquis une réputation d'expert sur Hi Media. A quand remonte votre premier coup de foudre pour cette valeur ?
Je ne me considère pas comme un « expert » de Hi Media contrairement à Rabby ou Baril. Je me définirais plutôt comme un « fouineur », toujours à la  recherche de la moindre information sur la société, d'où le surnom de "fouine" que certains m'ont attribué.)

On ne peut pas dire que j’ai eu un coup de foudre pour Hi Media. Ma première approche a d’ailleurs été très furtive. C’est lors de vacances en famille au Portugal que mon cousin m’a parlé la première fois de cette société, qui lui permettait de générer des petits revenus sur son site Web. A l’époque, je ne savais même pas que Hi Media était une entreprise française. Ce n’est que quelques mois plus tard, lors d’une rencontre avec un conseiller clientèle dans le cadre de mon travail, que le nom Hi Media est réapparu. Après m’être retiré de la bourse durant deux ans, suite notamment au dépôt de bilan de D-interactive fin 2002, je recherchais des opportunités pour réinvestir. A ma grande surprise, le conseiller clientèle m’a parlé de Hi Media en me montrant la croissance du chiffre d’affaires du troisième trimestre 2004 et en m’expliquant en quoi consistait le business model de la société, ainsi que son potentiel énorme compte tenu de l’engouement pour Internet.

Ce fut le point de départ de mon histoire d’amour avec Hi Media, qui a été initiée par l’acquisition de quelques titres puis s’est amplifiée au fil du temps, lentement et régulièrement – je possède à ce jour plusieurs lignes de Hi Media.

Au fil des découvertes et d’une meilleure connaissance de la société, mon attachement à cette valeur devenait plus fort au point qu’un beau jour, je me suis rendu compte que j'étais profondément et durablement lié cette action.
Certes il est dangereux en bourse d’être passionné par une valeur mais avec Hi Media, elle repose sur des bases saines puisque la société dispose de qualités réelles et d’un potentiel qui n’a échappé à personne.
J’ai la satisfaction d'avoir non seulement réalisé une bonne affaire en bourse, mais également de participer à un projet passionnant, à une aventure exceptionnelle. Tout cela sera récompensé un jour par le sacre du titre sur le marché.

Qu'est ce qui vous attire chez Hi Media ?
Une multitude de facteurs ! Tout d'abord, le marché des médias interactifs n'en est qu'à ses débuts, et l'Europe est très bien positionnée en terme d’usage. Le potentiel est donc énorme. De plus, le réseau constitué par Hi Media lui procure une force de frappe qui lui permet dès aujourd'hui d'attirer les plus grands annonceurs du marché. La société s'adresse par ailleurs à 3 segments de clientèle principaux : annonceurs en direct, agences de publicité et centrales d'achat d'espaces. L’implantation de la société à l’international, et notamment au Brésil et en Chine, deux pays émergents stratégiques, est également un facteur déterminant à mes yeux. Et puis, il y a l’entrée de Hi Media dans le Web 2.0 avec Blogorama, présent dans plusieurs pays.

Par ailleurs, le pôle micro paiement, qui est en pleine explosion, offre de réelles perspectives. De plus, les gammes de produits et de services engendrent des synergies particulièrement intéressantes. Enfin, la stratégie pertinente de la société permet à Hi Media d’être diversifié via une présence sur trois segments : la régie, la monétisation et le publishing. Sans compter le fait que l'ère de l'Internet n'en est qu'à ses débuts, voire à ses balbutiements...

Malgré tout, une chose me froisse : le profil diversifié de Hi Media risque d’en faire une cible prochaine pour un grand groupe, car aujourd’hui elle leur permettrait de rentrer d’un coup sur plusieurs marchés à la fois. J’espère que ses dirigeants résisteront à la tentation, à moins que cela ne soit l’objectif de la concentration ?

Au niveau professionnel, évoluez vous dans le secteur de l’Internet ?
Non pas du tout, je suis technicien dans les réseaux courant faible (VDI) en milieu bancaire. Un métier qui m’a permis de faire mes premiers pas en bourse de façon indirecte.

D'où vous viennent vos connaissances dans ce domaine ?
Cela vient de ma curiosité, mon penchant naturel à vouloir en savoir toujours plus pour ne pas être pris au dépourvu.

J’évolue sur le Net depuis 1999, ce qui m’a permis de voir l’évolution d’Internet et son explosion induite par la démocratisation de l'ADSL. A titre personnel, je suis passionné de jeux vidéos et j’ai intégré plusieurs « clans » dans les jeux en réseau.

Concernant Hi Media, ce sont mes recherches intensives qui m’ont permis de découvrir et de comprendre le modèle de la société. Je bénéficie par ailleurs de l’aide de mes deux cousins (l’ un au Portugal et l’autre au Brésil), qui évoluent dans le milieu du Net et qui ont pris des positions sur Hi Media. Grâce à eux, je peux récolter des infos réalistes sur les marché portugais et brésilien. Pour le reste, j’utilise les moteurs de recherche, je consulte la presse et je lis les messages postés par certains forumeurs (rabby, baril ,  rav4 , nvo ,couteau , breffeil et bien d’autres.)

Possédez-vous d'autres valeurs en portefeuille ? Et dans ce cas, les suivez-vous avec la même attention ?
Je possède plusieurs valeurs dans mon portefeuille et elles se répartissent en 3 groupes.

Dans les valeurs à long terme, je possède des actions Hi-media et Risc group , qui est une valeur en recovery et à très fort potentiel.

Mes valeurs moyen terme sont Antevenio (pionnier et leader du marketing interactif en Espagne, co-fondatrice de Europermission avec Hi-media), Gameloft (spécialisé dans le développement et l'édition de logiciels de jeux vidéo pour téléphones mobiles), et enfin, Medasys (1er éditeur français de logiciels médicaux à destination des établissements de santé publics et privés).

En valeurs à très court terme (aller/ retour), je possède des actions ALEHT et DPT.

S’agissant du suivi des valeurs et au-delà de Hi Media, seule RISC group attire véritablement mon attention, les autres ayant leur propre dynamique dans le cadre de la gestion de mon portefeuille.

A titre plus personnel, quels sont vos centres d'intérêt ?
Deux grandes passions me suivent depuis que je suis tout petit : le dessin, tout d'abord, mais surtout l’infographie et la peinture a l’huile. Mon autre passion, ce sont les jeux vidéo, surtout les jeux en réseau, et notamment les FPS (First Person Shooters). L'achat de jeuxvideo.com par Hi Media fut un réel plaisir pour moi.

Votre tranche d'âge ?
Je vais fêter mes 35 ans.

Combien de temps consacrez-vous à vos échanges sur les forums ?
J'y passais beaucoup, beaucoup trop de temps à une certaine époque. Petit à petit, je me suis retiré en raison du climat vraiment invivable qui régnait sur le forum où j’avais l’habitude de poster (pollueurs, disparition de messages, etc…). Ce fut d’ailleurs un réel soulagement pour mon amie. Dorénavant, je privilégie la qualité à la quantité.

En guise de conclusion, quel message voudriez vous adresser à Cyril Zimmermann, président de Hi Media, et aux membres du forum ?
Je tire un grand coup de chapeau à Mr Zimmermann ainsi qu’à son équipe pour avoir fait évoluer la société de cette manière (acquisition stratégique, innovation...). Il y a tout de même un point sur lequel il faudrait se pencher. La COM me parait un peu légère comparativement à celle de Hi Midia (brazil). Je voudrais demander à Mr Zimmermann si il ne faudrait pas commencer à s'intéresser à la publicité sur mobile (en raison de son énorme potentiel, reconnu sur le marché japonais) via Mobiquid ?

Quand aux forumeurs, je leur souhaite d’engranger d’énormes plus-values. S'il ne fallait retenir qu'une leçon, c'est que la bourse est une histoire de long terme. C’est par exemple le cas de Hi Media, qui a de belles perspectives et évolue dans le marché de l’Internet, qui n’en est encore qu’à ses débuts.
Hi-media est en phase de préadolescence.

laetitia

OK, tout accepter
Fermer