'Réenchanter' l'hypermarché, tel est l'objectif que s'est fixé le groupe de distribution français Carrefour en mettant en place un nouveau modèle de grande surface, avec les hypermarchés Carrefour d'Ecully et de Vénissieux (banlieue de Lyon) qui vont servir de magasins pilotes à cette nouvelle formule. Le nouveau concept, 'Carrefour Planet', est axé sur 'le confort d'achat, la convivialité et le plaisir'. L'idée principale est de réorganiser l'espace selon huit 'pôles spécialistes' (Espace marché, Espace Bio, Espace Beauté, Espace Maison etc.) et un espace Saison-Evènement, au lieu des traditionnels rayons.

Un nouveau modèle, entre le grand magasin et le centre commercial

Carrefour promet également des 'prix en baisse, services inédits et nouvelles technologies'. Dans l'Espace Beauté, le magasin proposera ainsi le maquillage flash, la coiffure express, ou encore le miroir virtuel qui permet de tester en direct des produits de maquillage sur des bornes interactives. L'Espace Mode mettra à la disposition des clients un service de retouches gratuites. L'hypermarché compte également prendre une autre dimension, avec l'installation d'un espace de près de 2000m2 'dédié à la Saison et aux Evénements' dans lequel auront lieu des rencontres, expositions, ateliers de cuisine avec un chef, cours de maquillage, séances de massage. L'idée est aussi de renouveler l'environnement du magasin et de l'animer pour que le consommateur ait envie de revenir et redécouvrir le magasin.

L'hypermarché semble tendre vers le modèle d'un centre commercial, ou du moins celui d'un grand magasin. Carrefour a ainsi noué des partenariats avec certaines marques qui sont présentes et organisées par corners au sein de l'hypermarché, comme Virgin dans l'Espace Loisirs-Multimédia de Vénissieux, ou Apple à Ecully, ou comme L'Oréal et Réserve Naturelle pour le pôle Beauté.

Pourquoi cette révolution dans les rayons ? Avec l'arrivée de la crise économique fin 2008 et en 2009, les ventes dans les hypermarchés Carrefour en France ont reculé de 1,2% à magasins comparables en 2008, de 5,3% en 2009, et de 0,2% sur le premier semestre 2010. De plus, depuis 2008, le trafic (nombre de passages en caisse) n'a cessé de baisser, tandis que le panier moyen est en hausse régulière. Mais au-delà des effets conjoncturels de la crise, il existe un problème structurel d'attractivité de ces hypermarchés situés en périphérie, lié notamment au vieillissement de la population, à l'augmentation du nombre de familles monoparentales, ou encore au fait de devoir prendre la voiture pour s'y rendre. Depuis une dizaine d'années, les ventes dans les hypermarchés en France ne semblent pas avoir décollé et ont même reculé certaines années. Ce phénomène touche d'autant plus les produits non alimentaires que les produits alimentaires. Ainsi, au second trimestre 2010, les ventes dans les hypermarchés en France se sont repliées de 0,1% dans l'alimentaire et de 4,7% dans le non alimentaire (après respectivement -0,9% et -8% au premier trimestre 2010).

Mettre l'accent sur le non-alimentaire et les services

Alors si cette nouvelle formule fonctionne, elle pourrait être déployée progressivement à partir de 2011. A fin juin 2010, la France comptait 231 hypermarchés Carrefour (contre 216 à fin 2005 et 179 en 2000). Carrefour met l'accent sur ses hypermarchés car ces derniers représentent environ la moitié du chiffre d'affaires du groupe en France. Selon Le Figaro, 200 magasins (dont une centaine sur le modèle d'Écully et une autre sur celui de Vénissieux) en France seraient éligibles à ce plan de transformation. Le coût de rénovation pourrait atteindre jusqu'à 20 millions d'euros par magasin, soit au total, un chantier de 2 milliards d'euros, avance le journal. A terme, ce modèle pourrait être étendu à l'ensemble du parc d'hypermarchés Carrefour en Europe, selon le directeur général du groupe, Lars Olofsson.

Sur les huit univers créés, cinq concernent essentiellement des produits non alimentaires. Par ailleurs, Carrefour va proposer un service de garderie (Carrefour Ateliers Kid's) pour les 4-12 ans, mais aussi un espace pour manger rapidement. La notion de service est renforcée dans le cadre de la nouvelle stratégie du groupe français. Cela signifie également que les hypermarchés Carrefour se tournent davantage vers l'extérieur, tant via des partenariats avec des marques que via des sous-traitants qui vont assurer ces divers services.

Ce jeudi vers 13h20, le titre Carrefour progressait de 0,23%, à 34,67 euros, dans un marché parisien en hausse de 0,41%.