Au titre de son exercice 2010, «dans un contexte économique encore difficile», le distributeur Carrefour a présenté des résultats annuels contrastés selon les zones géographiques et selon le degré de réalisation des objectifs fixés. En début d'après-midi, le marché semblait apprécier ces résultats annuels tout comme les prévisions pour 2011, et les précisions concernant le projet de scission de 100% de la branche Hard discount Dia et de 25% de la branche Immobilier Carrefour Property. Vers 14h30, le titre Carrefour gagnait 2,44%, à 34,42 euros, dans un marché parisien en hausse de 1,30%, à 4 086 points.

Volonté de «transparence» sur les succès comme sur les échecs

Lors de la présentation des résultats, le groupe français a mis en avant sa volonté de transparence quant à la réalisation de ses objectifs. Du côté des succès, Carrefour a mentionné les restructurations initiées en Belgique, avec la fermeture de 11 magasins et un accord avec les syndicats, en Pologne et à Taiwan. En 2010, le groupe a également quitté la Thaïlande, s’est concentré sur l’Italie du Nord, a étendu une joint-venture dans les Balkans, ouvert un premier magasin en Inde, et mis en place un nouveau partenariat en Indonésie. Ces divers exemples manifestent la stratégie d’expansion dans les pays émergents tout en n’oubliant pas les marchés européens. Carrefour a par ailleurs dépassé ses objectifs en matière d’économies de coûts et de gains aux achats. Côté échec, le résultat opérationnel courant s’est établi sous les attentes à 2,972 milliards d’euros contre 3,1 milliards prévus. D’autre part, Carrefour n’a pas réussi à tenir son objectif de réduction des stocks en 2010.

Le chiffre d’affaires annuel hors taxes est ressorti en hausse de 5,5%, à 90,099 milliards d’euros, et le résultat opérationnel courant a augmenté de 9,3%, à 2,97 milliards d’euros. Les résultats s’avèrent contrastés selon les pays, les ventes ont ralenti en France au second semestre, les ventes annuelles ont baissé de 2,8% à taux de changes constants en Europe affectées par de «mauvaises conditions économiques et par une déflation des prix», ainsi que par le plan de restructuration en Belgique, et ont reculé de 0,5% dans le Hard discount. En revanche, les ventes 2010 ont crû de 14,2% en Amérique latine et de près de 9% en Asie. Toutefois, les résultats du groupe ont aussi été impactés au Brésil par une baisse de la rentabilité et par 555 millions d’euros de charges non récurrentes cumulées à fin 2010.

Prévision de croissance des ventes pour 2011

En termes de perspectives, Carrefour a indiqué qu’il table sur une hausse de ses ventes et de son résultat opérationnel courant en 2011. Pour cette année, le groupe compte réaliser (hors Dia) 480 millions d’euros d’économies de coûts, 225 millions d’euros de gains aux achats, et effectuer une réduction des stocks de deux jours. Le distributeur a pour projet d’ouvrir 800 nouveaux magasins dans le monde cette année, notamment dans les marchés émergents, après plus de 1000 magasins ouverts en 2010 en particulier en Turquie, Chine et au Brésil.

Dans le cadre du développement de son nouveau modèle d’hypermarché, 92 ouvertures de Carrefour Planet sont prévues en Europe (40 en France, 37 en Espagne, 9 en Belgique, 4 en Italie et 2 en Grèce), contre 98 annoncées en septembre dernier. Depuis l’ouverture des premiers Carrefour Planet jusqu’en février 2011 (entre 6 et 8 mois), les ventes ont progressé en moyenne de 5,5% et le trafic de 7,3%, résultats que Carrefour estime «très encourageants». Pour améliorer la rentabilité des magasins, le distributeur a l’intention d’étendre un nouveau système de back office.

Projet de scission de Dia et Carrefour Property

L’idée centrale de Carrefour liée aux scissions de 100% de Dia et 25% de Carrefour Property est notamment d’optimiser la valeur de ces actifs. La scission de Dia permettrait à Carrefour «de se concentrer pleinement sur le développement du potentiel de la marque Carrefour et sur son coeur de métier, tout en permettant aux actionnaires de Carrefour de bénéficier du plein potentiel de Dia». De son côté, la scission partielle de Carrefour Property «contribuerait au renforcement de l’attractivité et de la compétitivité de ses sites et permettrait à Carrefour de révéler la valeur sous-jacente de ses actifs immobiliers».

Suite à ces annonces de projet de scissions, l’agence de notation Standard & Poor’s a décidé d’abaisser la note à long terme de Carrefour de A- à BBB+, tout en confirmant la note à court terme A-2. Dans le cas de Dia, Carrefour prévoit la distribution de la totalité des titres Dia détenus par Carrefour sous la forme d’un dividende exceptionnel. Ainsi, chaque actionnaire de Carrefour recevrait un nombre d’actions Dia égal au nombre d’actions Carrefour qu’il détient. Pour Carrefour Property, le groupe envisage de distribuer 25% des titres Carrefour Property sous la forme d’un dividende exceptionnel, et de conserver 75% du capital de Carrefour Property. Chaque actionnaire de Carrefour recevrait ainsi un nombre d’actions de Carrefour Property proportionnel au nombre d’actions Carrefour qu’il détient. Toutefois, certains analystes restent pour l’instant dubitatifs quant à ces projets de scission.

Vers 16h10, l’enthousiasme semblait quelque peu retombé et le titre Carrefour était en repli de 0,16%, à 33,55 euros, dans un marché parisien en hausse de 0,61%.