La catastrophe naturelle survenue au Japon a de quoi inquiéter les grandes marques de luxe. En perte de vitesse depuis une dizaine d’années du fait d’une conjoncture économique morose, le marché japonais reste néanmoins essentiel pour l’industrie mondiale du luxe qui y réalise 11% de l’ensemble de ses ventes. Cette proportion monte à 16% pour une marque comme Louis Vuitton et jusqu’à 20% pour Hermès. D’où la question qui taraude aujourd’hui de nombreux investisseurs : quel impact aura le séisme sur ce marché de près de 20 milliards de dollars par an et par conséquent sur les résultats des grandes marques en 2011  ?

Une chute des ventes de 15% ?

«Si la réaction boursière négative sur l’ensemble du secteur est inévitable, l’impact financier apparaît en première approche relativement limité. Nous intégrions d’ores et déjà un scénario de croissance des ventes très modéré pour 2011 (d’une baisse « au pire » en organique de 5% chez LVMH à une croissance « au mieux » de 5% chez Bulgari)»
, indique Natixis. La banque table désormais sur une baisse de 15% du marché japonais cette année, ce qui entraîne «une révision à la baisse de 2% en moyenne des chiffres d’affaires pour les groupes de notre échantillon (ndlr : LVMH, Bulgari, Hermès, Richemont