Les projets de scission de 100% de l'activité Hard Discount Dia et de 25% de la foncière Carrefour Property sont loin de faire l'unanimité parmi les actionnaires de Carrefour. Dans la famille Defforey, plusieurs des enfants (Hervé, Thierry et Sophie) du cofondateur de Carrefour se seraient dits opposés à cette opération.

Le cabinet de conseil aux actionnaires Deminor a aussi indiqué cette semaine qu'il recommandait de prendre position contre le projet de scission. Le Fonds commun de placement d'entreprise (FCPE) des salariés, qui détient 1,34% du capital et plus de 2% des droits de vote de Carrefour, devrait aussi voter contre. L'association des petits porteurs actifs (Appac) et ses adhérents actionnaires du groupe de distribution 's'opposeront formellement' aux projets de scission.

Le fonds américain Knight Vinke, premier à avoir communiqué sur son opposition à cette opération, détient désormais environ 1,5% du capital du distributeur, selon Pierre Bouchut, directeur financier de Carrefour. L'argument commun à ces opposants est qu'une telle opération ne sera pas créatrice de valeur sur le long terme.

L'assemblée générale du 21 juin s'annonce animée

Selon les syndicats, il s'agit d'une opération financière dans l'intérêt à court terme de Colony Capital et de Groupe Arnault, principaux actionnaires du groupe de distribution. Ainsi, l'intérêt stratégique pour l'entreprise d'une telle opération est remis en cause par certains. 'Cette décision de dislocations des actifs (...) démontre l'absence de stratégie de croissance de la part de la direction de Carrefour et une perte de création de valeur à très court terme', estime l'Appac. Le 21 juin prochain, ces projets de scission seront soumis au vote des actionnaires dans le cadre d'une assemblée générale.

Carrefour a par ailleurs fait état d'un chiffre d'affaires trimestriel en ligne avec les attentes, à 24,698 milliards d'euros, soit une hausse de 2,1% à changes constants. Les ventes ont été soutenues en particulier dans les marchés émergents comme la Chine (+12% à changes constants) ou le Brésil (+13%). Toutefois, le contexte a été plus difficile en Europe de l'Ouest, à l'exception de signes encourageants en Belgique et en Espagne. Le chiffre d'affaires du groupe en France est resté globalement stable.

Les ventes du groupe dans ses hypermarchés se sont repliées de 1% en données comparables, hors pétrole et ajusté de l'impact calendaire. Cependant, le distributeur est satisfait de la 'croissance continue des ventes et des débits' dans ses magasins pilotes Carrefour Planet.