LVMH a poursuivi sa montée au capital d'Hermès, le numéro un mondial du luxe détenant aujourd'hui 22,3% du sellier du Faubourg Saint Honoré, selon un avis publié mardi par l'Autorité des marchés financiers (AMF).

Le propriétaire de Louis Vuitton, Céline, Fendi et Dom Perignon a également franchi à la hausse les 15% des droits de vote d'Hermès, pour atteindre les 16%.

Le groupe dirigé par Bernard Arnault, qui détenait auparavant 21,4% du capital d'Hermès, précise qu’il poursuivra ses achats d'actions « en fonction des circonstances et de la situation de marché ».

Le flottant du titre Hermès est désormais inférieur à 4%, compte tenu de la participation majoritaire détenue par les héritiers de la famille Hermès (73%). Certains d’entre eux ont constitué une holding destinée à sanctuariser le capital du groupe face aux appétits de LVMH. Cette dernière, baptisée H51, regroupe 50,2% du capital et dispose d’un droit de préemption sur environ 12,3% supplémentaires.

Au début du mois de décembre, le gérant d'Hermès, Patrick Thomas, avait jugée que la bataille avec LVMH était « terminée ».

Le numéro un mondial du luxe n’envisage pas de lancer une offre publique d’achat sur le groupe, ni même de demander la nomination d’un représentant au conseil de surveillance. Il a cependant réaffirmé le caractère 'stratégique et de long terme' de son investissement, destiné à soutenir la vision stratégique, le développement et le positionnement du groupe.

Vers 11h30 mercredi, le titre Hermès progresse de 1,5% sur un marché en hausse de 1,1%. LVMH s’adjuge 2,1%.