En décembre 2010, l’Autorité de la concurrence avait émis un avis dans lequel elle mentionnait 'le niveau particulièrement élevé de concentration du marché de la distribution à dominante alimentaire dans Paris intra-muros'. Ce mercredi, l’institution a publié un nouvel avis soulignant le fait que le groupe Casino détient une part de marché en surface 'supérieure à 60%', ce qui constitue un 'obstacle à la concurrence'. Cette part se situe entre 50 et 70% en termes de chiffre d'affaires.

Le groupe Casino détient les enseignes Franprix, Leader Price, Casino Supermarché, Marché d'à coté, Petit Casino, Spar, Vival, ainsi que 50% de Monoprix. D’après l’autorité, ce groupe de distribution possède ainsi 'plus de la moitié des magasins dans 54 quartiers sur 80, et même plus de 80% des magasins dans 11 quartiers'. Son concurrent Carrefour, deuxième sur ce marché, 'ne détient, depuis la cession des magasins à enseigne Ed et Dia, qu'une part de marché de 12,5% si l'on raisonne en surfaces et comprise entre 10% et 20% si l'on raisonne en chiffre d'affaires', ajoute l’autorité.

De son côté, le distributeur conteste le chiffre de part de marché avancé par l’Autorité de la concurrence. Selon trois études citées par le groupe, sa part de marché dans Paris, cumulée avec celle de Monoprix, 'n’excède pas 38,5%'. De plus, Casino estime que la valeur de marché de 3,7 milliards d’euros retenue par l’Autorité de la concurrence n’est 'pas représentative de la consommation alimentaire des Parisiens car elle exclut les dépenses dans le commerce traditionnel, les commerces spécialisés, le e-commerce alimentaire, les marchés ouverts et les hypermarchés de périphérie'.

Pour faire face à cette situation, l’Autorité de la concurrence propose de poursuivre l'abaissement des barrières à l'installation de grandes surfaces alimentaires et de fluidifier le marché. D’autre part, elle constate qu'elle ne dispose pas de réels moyens d'intervention lorsque les préoccupations de concurrence identifiées résultent des structures de marché et non des comportements des opérateurs.

Ce mercredi vers 14h25, le titre Casino prenait 0,11%, à 64,55 euros, dans un marché parisien en baisse de 0,52%, à 3 194 points. Sur un an, la valeur a perdu plus de 10%.