Les discussions entre le groupe américain Coty et son compatriote Avon devraient s’intensifier cette semaine et être suivies de près le numéro un mondial des cosmétiques, L’Oréal.

Coty, qui réalise l’essentiel de son chiffre d’affaires dans les parfums (Beyoncé, Adidas, Calvin Klein, Cerruti, …) souhaite en effet créer un nouveau géant du secteur en rachetant son compatriote, spécialiste de la vente de produits de beauté à domicile et très présent sur les marchés émergents (au Brésil notamment).

Avon a jusqu’à la clôture de Wall Street, ce soir, pour répondre à la dernière offre de Coty, qui se monte à 10,7 milliards de dollars. Son conseil d’administration, qui a rejeté la précédente proposition à 10 milliards, pourrait se retrouver sous la pression des actionnaires après les mauvais chiffres trimestriels publiés par le groupe au début du mois.

L'Oréal sur la réserve

La pression vient également de Coty, qui rappelle les « difficultés opérationnelles et financières » d'Avon, mises en évidence par « des résultats trimestriels et prévisions décevantes de même que les abaissements récents » de sa notation de crédit. « Nous continuons à penser que notre proposition apporterait une valeur ajoutée certaine aux actionnaires d'Avon par rapport au redressement difficile qui s'annonce pour plusieurs années si Avon reste indépendant », a indiqué le groupe dans une lettre rendue publique la semaine dernière.

Coty n’est pas n'est pas coté en Bourse mais revendique 4,5 milliards de dollars de ventes annuelles dans le monde (+7% en un an). Il peut compter sur le soutien financier de son principal actionnaire, la holding allemande Joh. A. Benckiser, mais également de Berkshire Hathaway, le véhicule d’investissement de Warren Buffett, prêt à participer au rachat.

Si son offre aboutit, Coty formera avec Avon un groupe de 15 milliards de dollars de ventes annuelles, ce qui le rapprochera de la place de numéro un mondial occupée par L’Oréal (20,3 milliards de chiffre d’affaires en 2011). A moins que le Français ne se décide à sortir du bois. En octobre, le groupe avait refusé de commenter des rumeurs lui prêtant un intérêt pour Avon.

L’action Avon a terminé vendredi en baisse de 3,3% tandis que L’Oréal cède 1,4% lundi à la mi-journée sur un marché en repli de 2,4%.