Carrefour a dévoilé lundi aux syndicats ses pistes pour redynamiser les ventes de ses hypermarchés français, en perte de vitesse par rapport à la concurrence. Le groupe entend notamment réduire certaines de ses activités « non-alimentaires », comme la bijouterie et la téléphonie, tout en investissant davantage dans l’électroménager.

Une soixantaine de bijouteries, sur la centaine existante, seront fermées, tandis que les boutiques de téléphonie seront mises en libre-service. Les vendeurs concernés -environ 300 personnes- seront reclassés, a indiqué la direction aux syndicats.

D’une manière générale, le premier distributeur européen s'est montré « plutôt rassurant » concernant les emplois en magasins, d’après les syndicats. Toutefois ces derniers craignent jusqu’à 3000 suppressions de postes au siège et dans les services logistiques.

La nouvelle stratégie commerciale de Carrefour passe par un renforcement dans l’électroménager, un segment qui souffre actuellement face aux enseignes spécialisées. Le groupe a également mis l'accent sur la souplesse de gestion qui sera désormais laissée aux directeurs de magasins et sur la nécessité de poursuivre une politique de prix bas sur les produits alimentaires courants.

Vers 15h20, le titre gagne 2,3% sur un marché parisien en hausse de 0,8%.